Madagascar sur la voie de la gratuité des soins

Le président de Madagascar Andry Rajoelina a annoncé, mardi, la mise en place de la gratuité des premiers soins d’urgence dans le pays.

Le président Rajoelina a fait cette annonce lors de l’inauguration des nouveaux services d’urgence de l’hôpital militaire d’Antananarivo (HOMI), un lieu symbolique et chargé d’histoire.

 

En effet, le HOMI est le plus vieil hôpital de Madagascar, fondé il y a 130 ans par la reine Ravalomanana III. Cet hôpital avait pour but de palier aux besoins de soins grandissants des Malgaches, pour qui les anciennes structures ne suffisaient plus.

« La santé et les soins médicaux sont des droits humains fondamentaux et ne sont discriminatoires à l’égard de personne. C’est la  santé pour tous sans exception », a déclaré le président.

La situation d’alors est comparable à celle d’aujourd’hui, la crise de la Covid-19 ayant démontré les manques criards du système de santé de la Grande-Ile. Dans cette optique, depuis plus d’un an, le gouvernement a fait la preuve d’un activisme important tant dans la réponse à la pandémie que dans la dotation de nouvelles infrastructures (centres de soins, laboratoires, fournitures médicales, etc).

Au point d’en faire un des marqueurs fort du plan de relance du secteur privé. Cependant, cet engagement n’est pas soudain et faisait déjà parti des Velinaro (numéro 5) présidentiels pour l’émergence de Madagascar. Ici, c’est bien l’autonomie sanitaire qui est visée.

Une nouvelle stratégie de santé nationale

Sur le plan matériel, le HOMI a reçu de nouveaux équipements de soins, de sauvetage et des médicaments. Ces améliorations vont permettre de doubler ses capacités d’accueil d’urgence. Pourtant la véritable innovation se situe avant tout dans la gratuité des soins de première urgence.

Pour atteindre cet objectif, le gouvernement a d’ores et déjà mis en place le « Fond d’urgence sanitaire », qui devra financer le nouveau dispositif dans les hôpitaux de chef lieux du pays dont 16 centres hospitaliers régionaux, 102 centres hospitaliers de districts et 20 centres hospitaliers universitaires.

Pour le gouvernement, l’accès gratuit aux soins passe en effet avant tout par l’optimisation des flux de patients en urgence. La signature entérinant l’engagement pris par l’Etat pour la création de ce fond s’est effectuée dans la foulée du discours, ce vendredi 15 octobre 2021, au palais d’Etat d’Iavoloha.

Si les traitements ultérieurs seront encore à la charge du patient, le président a annoncé que des efforts allaient être consentis afin d’assurer une prise en charge rapide des maladies infantiles et des maladies des séniors.

Une montée en puissance de ce nouveau dispositif est prévue. C’est dans cette optique que le gouvernement met aussi en place la « couverture universelle des maladies » qui financera directement les hôpitaux.

Source: journaldumali

Vous allez aimer lire ces articles

Guinée: Le sort de l’ancien Président Alpha CONDÉ au cœur des discussions entre deux groupes d’officiers de la junte militaire au pouvoir. EXCLUSIF

L’errance du “convoi maudit” de la force Barkhane

Burkina Faso : les manifestants réitèrent leur appel à la démission du président de la République

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct