Supposée vandalisassions de l’ambassade du Burkina au Mali: l’auteur de la vidéo interpellé

La police burkinabé a interpellé pour fake news, l’auteur de la vidéo publiée le 11 janvier et qui faisait croire à des actes de vandalisme exercés sur l’ambassade du Burkina Faso au Mali.

La BCLCC dans sa mission de lutte contre les infractions en matière informatique et celles commises aux moyens des technologies de l’information et de la communication, a interpellé l’auteur de la vidéo qui a créé la polémique au sein de la population le 11 janvier dernier.

En effet, D.I, 44 ans a posté une vidéo le mardi 11 janvier 2022 sur son compte personnel Facebook et dans son groupe dénommé « MA PART DE VERITE » appuyé d’un récit faisant croire à des actes de vandalisme exercés sur l’ambassade du Burkina Faso au Mali. Contrairement à cette information, il s’agissait plutôt d’une manifestation de colère des angolais ayant occasionné le saccage du siège du Mouvement Populaire de Libération de l’Angola (MPLA).

Interpellé et auditionné

D.I, a été interpellé puis auditionné. Il a reconnu les faits qui lui sont reprochés mais a déclaré avoir voulu juste partager une information. « Ce type de publication est de nature à mettre en mal la relation d’amitié existant entre le Burkina Faso et le Mali et à compromettre la cohésion sociale », rappelle la police burkinabé, précisant que toute publication d’information sur internet doit obéir impérativement à un code de bonne conduite pour les internautes et de déontologie pour les professionnels. « Pour ce faire il est important que sa source soit minutieusement vérifiée avant qu’elle ne soit partagé au grand public ».

En somme, D.I a été conduit ce jeudi devant le Parquet où il pourrait être poursuivi pour publication ou divulgation de fausses informations par le biais d’un moyen de communication.

En rappel, l’article – de la °-/ °-/ stipule que : « Est puni d’une peine d’emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende d’un million (1 000 000) de francs CFA à dix millions (10 000 000) de francs CFA, quiconque intentionnellement communique, publie, divulgue ou relaie par le biais d’un moyen de communication quel qu’en soit le support, une fausse information de nature à faire croire qu’une destruction, une dégradation ou une détérioration de biens ou une atteinte aux personnes a été commise ou va être commise.  La fausse information est toute allégation ou imputation inexacte ou trompeuse d’un fait ».

 

Source: beninwebtv

Vous allez aimer lire ces articles

Koulikoro : L’incendie dans la librairie de Papeterie <>

Zantiguila : un braquage dans la forêt classée Faya fait 03 victimes

Tchad : six morts dans un conflit entre communautés à Danamadji, province du Moyen-Chari

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct