​Mali: Le Conseil de sécurité de l’ONU suffisamment imprégné

Au cours de sa visite de 48 heures dans notre pays, la mission du Conseil de Securité des Nations unies a été bien imprégnée de la situation difficile de traverse notre pays.

La délégation, conduite par les ambassadeurs du Kenya, Martin Kimani, du Niger, Abdou Abarry et de France Nicolas de Rivière a été reçue ce dimanche à la Primature par le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga accompagné par plusieurs membres du gouvernement.

Le chef du gouvernement a indiqué que cette visite intervient à un moment crucial de la vie de notre nation, marquée depuis quatre mois par la rectification de la trajectoire de la Transition, intervenue le 24 mai 2021. Le Premier ministre a expliqué à ses hôtes les quatre axes du Plan d’action de son gouvernement. Avant d’insister sur le besoin de sécurité, de justice, de réforme voire de refondation, ajoutant que la situation de la Transition politique en cours est le fruit de cette aspiration populaire.

Il a rappelé que notre pays a basculé d’abord en 2018, puis en 2020, dans une crise politique post-électorale. D’où la décision de la mise en place de l’Autorité Indépendante de Gestion des Élections et celle de la tenue des Assises Nationales de la Refondation. Le chef du gouvernement a invité les membres du Conseil de sécurité et l’ensemble des partenaires bilatéraux et multilatéraux du Mali à apporter leur soutien à la réussite de la Transition et à continuer à avoir une lecture réaliste et lucide des défis complexes auxquels le pays est confronté.

Après le chef du gouvernement, la délégation du Conseil de Sécurité a été reçue à Koulouba par le chef de l’Etat, le Colonel Assimi Goïta. A l’issue de cette rencontre, ils ont rendu hommage aux casques bleus tombés pour la paix au Mali au quartier général de la Minusma. Avant de finir leur visite par une conférence de presse.
Les ambassadeurs du Kenya, du Niger et de France à l’Onu ont indiqué qu’ils étaient venus transmettre un message de solidarité et de soutien au Mali. Mais aussi pour écouter les autorités de la transition. Selon eux, ils ont pu s‘entretenir avec les différents acteurs à savoir les autorités de la transition, la société civile, les signataires de l’Accord de la paix et ils ont appris beaucoup de choses. C’est donc une délégation du Conseil de sécurité bien imprégnée de la situation du pays qui quitte le Mali.
D. DIAMA
Source: L’ Essor- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Tuerie dans la Région de Bandiagara : Un nouveau palier dans l’horreur

A Bandiagara, l’horreur : 31 civils tués et 17 autres blessés dans une attaque

31 CIVILS BRULÉS VIFS À SONGHO DANS LA RÉGION DE BADIANGARA: LA CONSTERNANTE HÉCATOMBE DE TROP MALGRÉ LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OPÉRATIONNELLES DES FAMAS BANDIAGARA EN « DÉSOBEISSANCE CIVILE » À PARTIR D’AUJOURD’HUI

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct