22 Septembre 1878 – 22 Septembre 1960 : Et si l’histoire de Sabouciré m’était contée

Il est 14 heures. Au pied du monument de la résistance, une dizaine de jeunes, le dos courbé, daba en main, rivalisent d’ardeur pour nettoyer le site devant accueillir les festivités de la fête du 22 Septembre 2021. Nous sommes à Logo Sabouciré où a été érigé le monument de résistance en 2010 par feu l’ancien président Amadou Toumany Touré. Considéré comme le village qui a inspiré les pères fondateurs du Mali pour proclamer l’indépendance du Mali un 22 Septembre, nous nous sommes entretenus avec l’ancien ministre, et ancien Ambassadeur non moins fils du terroir, Diadié Yacouba Dagnoko pour savoir le lien qui existerait entre le 22 Septembre 1878, date de la bataille de Sabouciré et le 22 Septembre 1960, date de la proclamation de l’indépendance du Mali.

Quel lien existe entre ce village et la date du 22 Septembre ?

DYD : Si le commun des maliens sait ce qui s’est passé le 22 Septembre 1960, en revanche très peu de maliens savent ce qui s’est passé le 22 Septembre 1878. Cette date marque le point de départ de la longue lutte de résistance du peuple de ce qui était appelé à l’époque le Soudan contre l’invasion coloniale française. En effet, cette date est celle d’une bataille historique qu’on appelle la bataille de Sabouciré, qui a apposé un 22 Septembre 1878 un dimanche, les troupes d’invasion coloniale au nombre de 500, menés pat le lieutenant-colonel Rimbaud puissamment armés. A l’occasion c’était la première fois que le canon était utilisé dans une entreprise d’invasion coloniale. Et cette bataille a opposé cette forte colonne aux soldats du royaume du logo du roi Niamody Sissoko qui, a refusé catégoriquement de passer sous protectorat français, c’est à dire abdiquer sa souveraineté et confier sa défense à l’armée française, ce qu’il n’a pas accepté. Les français confrontés à ce refus se sont dit qu’il fallait lever le verrou que constituait Sabouciré.

La bataille de Sabouciré ?

Sabouciré était la capitale du royaume du logo, une enceinte fortifiée défendue par un tata qui était imprenable avec une hauteur de 4 mètres et une base de 2 mètres avec des meurtrières où des tireurs d’élites pouvaient stopper l’avancée des ennemies. Les français se sont dit, pas moyens de négocier avec le roi Niamody, il faut en finir avec lui. C’est ce qui s’est passé le 22 Septembre 1878. L’armée d’invasion coloniale a pris position devant le tata dès 06 heures du matin et les hostilités ont commencé vers 7 heures et 08 heures du matin pour durer 5 heures d’horloge et finir vers midi avec un bilan effroyable. 150 morts parmi le peuple logonké, des hommes et des femmes, la capitale Sabouciré complètement rasée, le roi Niamody tué et du côté français, 53 morts dont 02 sous-officiers. Les chroniqueurs racontent que, le fleuve était rouge, rouge de sang. Le sang des martyrs et de ceux des soldats français canardés pendant qu’ils nageaient pour rejoindre l’autre rive, les rivages de l’île de Modikanè.

Le 22 Septembre 1960 est-il vraiment inspiré du 22 Septembre 1878 ?

On peut penser que le président Modibo Keïta et ses compagnons après l’éclatement de la fédération du Mali survenue dans la nuit du 19 au 20 Août 1960 juste deux mois après d’existence alors qu’elle avait proclamé son indépendance le 20 Juin 1960. Cette fédération qui a suscité un immense espoir que nous avons vécu, avec des promesses de bel avenir, un état fédéral qui allait être la locomotive de l’Afrique de l’Ouest et pourquoi pas de toute l’Afrique. Modibo après l’éclatement de la fédération et son retour à Bamako n’a pu que constater que le rêve panafricaniste qu’il chérissait à voler en éclat et que la France a pris fait et cause pour le Sénégal qui a proclamé son indépendance tenez-vous bien le 04 Avril 1960, c’est à dire que ce pays a proclamé son indépendance avant même d’être né, allez y comprendre.

En réalité, au moment où les accords de transferts de compétences entre la France, le Sénégal et le Soudan unis dans un projet fédéraliste était en cours, en ce moment aucun de ces États n’existaient en tant qu’État souverain, ils étaient des États mais unis dans une communauté avec la France. Modibo et ses compagnons ayant constaté cela, ils ont dit, nous allons proclamer la République du Mali. Le lien entre le 22 Septembre 1878 et le 22 Septembre 1960, je dois être franc, il n’y a pas de document écrit qui atteste ça. Mais quand on considère les circonstances dans lesquelles Modibo est rentré vers la fin du mois d’Août. Et comment on a mis tous les ministres soudanais qui étaient dans le gouvernement fédéral et leurs épouses dans un convoi spécial qui a roulé sans s’arrêter pratiquement de Dakar à Kidira. Ce sont des patriotes, des nationalistes, ils ont cherché dans l’histoire une date qui pouvait être un symbole très fort du refus du peuple malien de la domination française. Ils avaient traduit ce qui s’est passé comme une ingérence de la France néo colonialiste dans le projet fédéraliste qui ne l’arrangeait pas. Voilà le lien entre ces deux dates.

Quid de la célébration du Cinquantenaire de l’indépendance à Sabouciré en 2010 ?

Le problème, c’est que cette épisode de notre histoire n’est pas connue des maliens et des maliennes. Et quand le président ATT ( paix à son âme) est venu lancer ici à Sabouciré les festivités de la commémoration de célébration du cinquantenaire de notre indépendance, c’était une façon de montrer au peuple malien que le Mali n’a jamais accepté la domination et que, nous avons certes été défait en raison de la puissance de feux de l’armée d’invasion coloniale, mais les hommes et les femmes qui sont tombés à Sabouciré ont prouvé qu’ils avaient le sens de l’honneur et du sacrifice.

Les traditionnistes, les historiens éminents comme Cheiknè Mody Sissoko et le Dr Charles Abdoulaye Dagnoko qui sont originaires de cette commune du logo ont attesté que les géomanciens qui avaient été consultés avaient clairement dit que l’issue de la bataille ne sera pas favorable à Niamody et que sa capitale serait rasée. Lancer les festivités du cinquantenaire à Sabouciré, c’était une façon pour ATT de renvoyer les maliens à leur histoire.

Réécrire notre histoire commune

Nous avons un devoir, c’est de réécrire notre histoire pour interroger toutes les zones d’ombres et essayer de l’éclairer et puis l’écrire pour les enfants et les petits enfants. Cet épisode de notre histoire n’est pas enseigné dans nos écoles. Certains ont pensé que cela a été monté de toute pièce pour la gloire du prince du jour, mais tel n’était pas le cas. Même si cette décision n’a pas fait l’objet d’un décret, il est clair que Modibo et ses compagnons ont pu se dire que cette date-là qui était un moment de résistance de refus de la domination coloniale pouvait servir de Levin pour la mobilisation du peuple malien. Ce 22 Septembre 1960 en proclamant après la délibération de l’assemblée législative du Soudan qui s’est transformée après la proclamation en assemblée nationale après la proclamation de l’indépendance du Mali, Modibo a eu ces mots « la République du Mali est née et le mot Mali continuera de résonner comme un gong sur la conscience de ceux qui ont œuvré à l’éclatement de la fédération du Mali ».

Propos recueillis par Mohamed Sangoulé DAGNOKO

  Source: Le Pays

Vous allez aimer lire ces articles

Dialogue avec Iyad et Kouffa: le HCIM chargé de conduire la mission

Région de Koutiala : Karangana Ourikila, Tandio et Palasso traumatisés par des groupes terroristes

Le Mali et le repositionnement militaire français

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct