42ème session du CSA à Kayes: Le ministre Wagué déplore le retard dans la mise en oeuvre de l’accord pour la paix

LE HAUT REPRÉSENTANT DU CHEF DE L’ÉTAT EXPLIQUE CE RETARD PAR DES « PROBLÈMES INTERNES »


Les travaux de la 42ème Session du Comité de Suivi de l’Accord (CSA), ont été ouverts le 29 mars 2021 à Kayes. Au menu de cette 42ème session délocalisée, il était question des réformes institutionnelles, du parachèvement du processus Désarmement, Démobilisation et Réinsertion, accéléré et de l’amélioration de la politique de la participation des femmes dans les travaux de l’Accord.

La cérémonie était présidée par l’Ambassadeur Boualem Chebibi, en présence du ministre de la Réconciliation Nationale, le colonel major Ismaël Wagué et du nouveau Haut représentant du Chef de l’Etat pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, M. Inahaye Ag Mohamed. A l’entame, le colonel Ismaël Wagué, s’est réjoui de «la délocalisation du CSA à Kayes, un signal fort pour surmonter les défis ensemble ». Il poursuit en disant que ledit accord est le fruit d’un long processus de dialogue inter-malien permettant d’ouvrir les conditions propices au retour définitif de la paix et la réconciliation au Mali. Le ministre Wagué a souligné que sa mise en œuvre est confrontée à des retards liés aux « facteurs inhérents à toute construction de la paix, qui au demeurant n’est pas à l’abri des obstacles. » Mais il rassure, car dira-t-il, qu’avec la volonté et l’engagement des partis, les défis seront surmontés à tout prix pour que le peuple retrouve son salut.

Quant à Inahaye Ag Mohamed, Haut Représentant de l’Etat pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, il affirmera que la mise en œuvre de l’accord connait des difficultés à cause des problèmes internes entre les mouvements

« Certes les mouvements ont des problèmes de gouvernance à l’interne, mais honnêtement c’est aux mouvements eux-mêmes de gérer ce problème à l’interne. Nous, nous n’avons pas le droit de s’immiscer dans leurs affaires internes, mais encore une fois, moi en tant que Haut représentant du président de la République, je ne peux pas fermer les yeux sur les blocages, quels que soient leur nature. Je réitère ma disponibilité, car chaque fois que c’est nécessaire, nous allons aider nos frères à s’entendre sur les quelques différends pour aller de l’avant », a déclaré M. Inahaye Ag Mohamed. Plus loin il a invité les partis signataires au « respect des engagements, à l’inclusivité mais aussi à l’application des conclusions et recommandations de l’accord. »

Par ailleurs, Mme Fofana Ramata Sissoko, présidente locale de la CAFO dira que la population de Kayes n’est pas restée en marge de la rencontre

« Nous populations de Kayes, on suit ces évènements pas à pas avec le cœur plein de tristesse. Dieu faisant bien les choses cette assise est là, ça nous a permis d’éclairer nos lanternes sur la question de ce processus d’Alger. Donc aujourd’hui, il nous faut cette paix à tout prix». Il faut rappeler cependant que cette rencontre a précédé une autre qui s’est tenue à Kidal, le 12 février dernier. Ainsi les différentes parties signataires de l’Accord pour la paix ont félicité la délocalisation de la 42ème Session de l’accord. Elle vise, selon elles, à impliquer et imprégner plus les Maliens de la situation de l’Accord de paix.

Oumar ONGOIBA

Source : Le Soir De Bamako

Vous allez aimer lire ces articles

Accord désormais possible avec des Djihadistes: Macron vire de bord et admet que ses protégés, les dirigeants des Etats du Sahel, puissent négocier avec des chefs islamistes

FARABOUGOU : Le Collectif ‘’vers une communauté de l’espoir Mali’’ interpelle les autorités de la transitons à travers une lettre ouverte

Communiqué de la mission d’évaluation de la CEDEAO sur la transition au Mali

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct