La capitale Ghanéenne  a abrité   samedi 19 Juin sous la présidence M. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, les travaux de la cinquante-neuvième session ordinaire de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernements  de   la CEDEAO. Le Mali absent de  la rencontre en raison  de sa « suspension » était au centre des  discussions. Le sommet a pris note «  de l’évolution positive de la situation au Mali et décide de rester saisie de la situation politique malienne ».  Toutefois, les  Chefs d’Etat n’ont pas décidé de la levée de la suspension du Mali des instances de la CEDEAO. Les inquiétudes des   Chefs d’Etat se situent plutôt autour du respect du calendrier électoral.

La  situation  politique du Mali  a été  une nouvelle  fois  abordée par les Chefs d’Etat  de la CEDEAO   présents   à Accra le samedi dernier. La rencontre placée sous la conduite du Président en  exercice de la Conférence des Chefs d’Etat  M.Nana Addo Dankwa Akufo-Addo  du GHANA  s’est déroulée en présence  de M. Mahamat Saleh Annadif, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies (UN) et Responsable du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS).  Des sujets discutés au cours de  ce sommet, la question malienne a été discutée en   l’absence de son représentant pour raison de la suspension du  pays,  conséquence de la mise hors de ses prérogatives  de l’ex Président Bah N’DAW  par Assimi GOITA.

« En ce qui concerne la situation politique dans la région, la Conférence réitère ses préoccupations au sujet de la crise au Mali dans le contexte des problèmes sécuritaires relatifs aux attaques terroristes et à la pandémie de COVID-19 entrainant de terribles impacts socio-économiques » déclarent les Chefs d’ Etat.  Les participants se sont   en outre, félicités du rapport de médiation de l’ancien Président Nigérian Goodluck Ebele JONATHAN   qui était à  Bamako du 8 au 9 juin 2021. Au cours de son séjour intervenu après  le sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la CEDEAO, le médiateur  a rencontré toutes les parties maliennes pour  évoquer les préoccupations de la CEDEAO. À  ce sujet, la Conférence d’Accra  a pris   note de «  (…)

MAHAMANE TOURE – NOUVEL HORIZON