Al-Qaida revendique l’attentat-suicide qui a blessé six soldats français au Mali

Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans invoque notamment la mort présumée de civils dans une récente frappe aérienne et la poursuite de la présence militaire française dans la sous-région.

 

Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), alliance djihadiste sahélienne affiliée à Al-Qaida, a revendiqué, jeudi 14 janvier, l’attentat-suicide qui a blessé six soldats français le 8 janvier au Mali, dans un communiqué publié par sa plate-forme de propagande Al-Zallaqa.

Le GSIM (ou JNIM, selon l’acronyme arabe), principale alliance djihadiste du Sahel, invoque notamment la mort présumée de civils dans une récente frappe aérienne et la poursuite de la présence militaire française dans la sous-région.

Un combattant du groupe a « fait détonner son véhicule bourré d’explosifs contre un convoi des forces d’occupations françaises et des apostats maliens, à Arbanda, près de la frontière avec le Burkina Faso », a affirmé le GSIM.

« Nous voulons affirmer au gouvernement et au peuple français que quelle que soit la force de la puissance occupante, elle ne pourra vaincre la volonté du peuple de vivre libre. Si vous ne vous retirez pas, vous assisterez à de nouvelles attaques, encore plus violentes », a-t-il ajouté.

Troisième attaque depuis la fin décembre

L’armée française avait annoncé le 8 janvier que six soldats de sa force antidjihadiste Barkhane avaient été blessés le jour même au Mali par un véhicule-suicide. Il s’agit de la troisième attaque depuis la fin décembre contre les militaires français, qui ont déjà déploré cinq morts pendant la période, selon l’état-major de l’armée française.

En 2020, la France a engagé 600 soldats supplémentaires au Sahel, portant ses effectifs à environ 5 100. Elle examine actuellement l’évolution de cet engagement.

A la fin novembre, le commandant de Barkhane, Marc Conruyt, avait désigné devant les députés français le GSIM comme l’« ennemi le plus dangereux » au Sahel. Un an auparavant, c’est le groupe Etat islamique dans le grand Sahara (EIGS) qui avait été désigné comme ennemi numéro un dans la région.

Le communiqué du GSIM a été authentifié par le centre américain de surveillance des sites djihadistes SITE.

SourceLe Monde avec AFP

Vous allez aimer lire ces articles

Kidal : La CMA cautionne la mise à feu du drapeau malien

Guerre de la France contre les jihadistes au Sahel et perspectives d’avenir

Théâtre centre, secteur 5 : attaque terroriste à Saye, cercle de Macina

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct