Assassinat d’Ould Sidatt : un coup dur pour le processus de paix au Mali

Ce mardi 13 avril 2021, l’information a fait le tour des réseaux sociaux aux environs de 11 heures. Le Président en exercice de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), Sidi Brahim Ould Sidatt, n’a pas survécu à la fusillade dont il a été la cible à l’aube devant son domicile à son retour de la mosquée. Depuis la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation, le 20 juin 2015, c’est la première fois qu’un haut responsable de la CMA soit la cible d’un acte aussi crapuleux dans la capitale malienne. Le mode opératoire utilisé par cette bande de « deux individus non identifiés sur une moto » comme le décrit le gouvernement de Transition dans son communiqué, s’apparente à un assassinat ciblé, opéré visiblement par des gens qui en savaient beaucoup sur les habitudes du Président en exercice de la CMA.

 

Dès l’annonce de la nouvelle, le Premier ministre du Mali, Moctar Ouane, a condamné fermement un acte abominable. « Je condamne fermement cet acte abominable survenu alors que je devais le recevoir ce jour pour des discussions autour du comité d’orientation stratégique sur les réformes politiques et institutionnelles. Il fut un acteur important du processus de paix au Mali », a-t-il souligné dans un message posté sur les réseaux sociaux. Le Chef du gouvernement « assure qu’une enquête sera diligentée pour identifier, arrêter et traduire en justice les auteurs de ce forfait ».

Le Mouvement « Maliens tout court » affirme avoir perdu « un de ses grands membres en la personne de Sidi Brahim Ould Sidatt ». Le Mouvement évoque la mémoire d’un « militant infatigable de la paix ».

Selon la CMA, « le Président Sidi Brahim Ould Sidatt a marqué l’histoire par son sens de leadership au profit de la cause de son peuple et son rôle d’acteur engagé au profit de la paix. Il a été atteint dans l’exercice d’une mission noble à laquelle il a entièrement sacrifié son énergie et sa confiance ». En condamnant avec la plus forte rigueur cet acte lâche et abominable, la CMA « regrette profondément la perte d’un de ses leaders, pendant que celui-ci conduisait une mission dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger ». « La Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) exige la diligence d’une enquête indépendante et transparente bénéficiant d’un fort engagement des autorités de la transition mais également de l’implication des parties prenantes au processus de Paix au Mali, notamment de la médiation internationale à travers la MINUSMA », peut-on lire dans le communiqué N°09/CD/CMA/2021 de la CMA qui « exige du Gouvernement la mise en place d’un dispositif de sécurité pour ses cadres évoluant officiellement dans les structures de mise en œuvre de l’Accord Pour la Paix et la Réconciliation en son nom à Bamako.

Chef de fraction Oulad Ghanam (communauté Berabich), membre du mouvement arabe de l’Azawad (M.A.A), ancien élu local à Ber, localité située à quelques encablures de Tombouctou, Sidi Brahim Ould Sidatt représentait la CMA à plusieurs niveaux dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord issu du processus d’Alger. C’est lui qui a signé le 20 juin 2015 au centre international de conférence de Bamako l’accord au nom de la CMA. Il était un tampon entre les radicaux et l’aile modérée de l’ex rébellion.

Qui a tiré sur le « Sniper » ? Pourquoi lui ? Pourquoi maintenant ? A qui profite cet assassinat ? Difficile d’y répondre. Ce qui est sûr, la mort tragique du Président en exercice de Sidi Brahim Ould Sidatt, est une très mauvaise nouvelle pour le processus de paix au Mali où le gouvernement de Transition, les ex-groupes armés et la communauté internationale travaillent à accélérer la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger.

Modibo Fofana

Source : Mali24

Vous allez aimer lire ces articles

Accord désormais possible avec des Djihadistes: Macron vire de bord et admet que ses protégés, les dirigeants des Etats du Sahel, puissent négocier avec des chefs islamistes

FARABOUGOU : Le Collectif ‘’vers une communauté de l’espoir Mali’’ interpelle les autorités de la transitons à travers une lettre ouverte

Communiqué de la mission d’évaluation de la CEDEAO sur la transition au Mali

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct