Attaque contre les forces de la paix : un quatrième Casque bleu ivoirien succombe à ses blessures

Un Casque bleu blessé mercredi au Mali dans une attaque imputée aux djihadistes a succombé, portant à quatre le nombre de soldats ivoiriens tués dans les rangs de la mission de l’ONU (Minusma), a indiqué ce dernier jeudi. La Minusma a perdu 145 de ses membres en raison d’actes hostiles depuis son déploiement en 2013, a indiqué son porte-parole Olivier Salgado, ce qui en fait la mission de paix de l’ONU la plus meurtrière au monde.

 

Le chef de la Minusma Mahamat Saleh Annadif a contesté une éventuelle recrudescence d’attaques liée à la libération par les autorités maliennes de quelque 200 prisonniers dans le cadre d’un échange en octobre. Il a fait valoir auprès des journalistes que la Minusma et les forces étrangères étaient attaquées de longue date. « Nous venons d’apprendre avec tristesse que, suite à l’attaque d’hier, un quatrième Casque bleu a malheureusement succombé à ses blessures », a dit le porte-parole de la Minusma sur les réseaux sociaux. Ivoirien comme les trois premiers, il est décédé lors de son évacuation vers le Sénégal frontalier du Mali, a dit une source proche de l’état-major ivoirien. Ce sont les premiers Ivoiriens de la Minusma tués au combat, ajoute la même source. La Côte d’Ivoire contribue avec un bataillon de 816 hommes à la Minusma, selon la mission. Cette dernière est forte de 15.000 hommes et femmes, dont environ 12.000 militaires, très majoritairement africains, selon l’ONU. Le détachement de Casques bleus ivoiriens a heurté un ou plusieurs engins explosifs improvisés avant d’être la cible de tirs, selon un mode opératoire courant, ont rapporté la Minusma et l’état-major ivoirien. L’attaque a eu lieu au nord de Bambara Maoudé, sur l’axe entre Douentza (centre) et Tombouctou (nord-ouest), dans une région qui est l’un des foyers de la violence. Plusieurs autres Casques bleus ont été blessés. Sur les 145 membres que la Minusma a perdus dans les hostilités, 59 ont été tués par des engins explosifs, a dit M. Salgado. Le secteur où a eu lieu l’attaque est le champ d’action du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM, Jnim en arabe), affilié à Al-Qaïda, et non de l’organisation État islamique (EI), active ailleurs au Mali. Le GSIM a revendiqué l’activation d’engins explosifs improvisés qui ont causé la mort de cinq soldats de la force antijihadiste française Barkhane le 28 décembre et le 2 janvier au Mali.

Lors de son point de presse hier, jeudi 14 janvier 2021 en visioconférence, le chef de la Minusma a réfuté une recrudescence récente. « Les engins explosifs nous ont toujours causé des torts, nous ont toujours tué des Casques bleus, nous ont toujours tués des partenaires », surtout dans cette région du centre-nord malien, a-t-il dit. Interrogé sur l’éventualité que le GSIM puisse chercher à faire pression en vue de discussions auxquelles les autorités maliennes se sont dites favorables, ou sur un regain consécutif à la libération de plus de 200 prisonniers en échange de quatre otages occidentaux et maliens, il s’est montré prudent, sans l’exclure. La libération obtenue par le GSIM et la rançon qui l’a accompagné selon lui ont constitué une « bouffée d’oxygène (pour les) terroristes », a-t-il dit.

Bourama Kéïta

Source : LE COMBAT

Vous allez aimer lire ces articles

Kidal : La CMA cautionne la mise à feu du drapeau malien

Guerre de la France contre les jihadistes au Sahel et perspectives d’avenir

Théâtre centre, secteur 5 : attaque terroriste à Saye, cercle de Macina

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct