Désobéissance civile à Bankass : À quand la fin des tueries ?

L’insécurité a de nouveau déstabilisé la quiétude dans le centre du pays par le fait des massacres perpétrés   la semaine dernière contre des civils.   Cette guerre imposée n’est pas seulement asymétrique, mais elle est aussi économique que nos dirigeants doivent prendre à bras le corps    afin   de mettre un terme   aux hécatombes et de faire retourner   des administrations dans les zones reculées.

Le Mali a observé la semaine dernière, un deuil de trois jours décrété par les autorités suite aux attaques terroristes contre Dialassagou et deux villages environnants,  Dianweli et Deguessagou  dans le cercle de  Bankass.  Des attaques   attribuées à la  Katiba Macina, de Amadou Koufa  une branche terroriste  affiliée à al-qaïda au maghreb  islamique,   ont causé la mort  de  plus de 130 personnes.   C’est le pire des massacres faits, après ceux perpétrés   à  Ogossagou,  en juin 2019 contre des paisibles citoyens dans le même  centre.    Sous le choc, les jeunes  de la localité,  ont  entamé le mardi 21 juin,  une désobéissance civile pour réclamer plus de sécurité de la part des autorités militaires    accusées  d’être passives   face  aux multiples appels  d’alertes de la présence  djihadistes.   Par ailleurs, ces menaces terroristes    contre le cercle de Bankass,  considéré  comme  une zone  agricole importante,  risqueraient   de compromettre  sa sécurité  alimentaire   déjà fragile depuis des années   due   à  l’insécurité  qui continue   à faire   des   déplacés.  Selon nos analyses, l’ampleur du terrorisme dans ces zones ciblées est   à la fois, liée   à une question de survie dans la mesure où des pressions   sont imposées aux   citoyens quasiment abandonnés à leur propre sort.   Toutes choses  qui  les emmènent    à signer   des  pactes  de  non-agression  avec des terroristes,  comme la seule  alternative possible  de paix.     Mais   également, le phénomène s’expliquerait   par le manque des services sociaux de base dans   lesdites localités qui motivent en grande partie, des jeunes    à  adhérer  aux idéologies  obscurantistes   radicales.     De même,    des divergences  sont remarquables  au sein  de  l’opinion  nationale  sur   la gestion de cette crise par l’armée qui est accusée de mettre du retard à ses interventions.     Face à ces crises récurrentes, l’heure ne  devrait  plus  être  aux justifications,   mais plutôt  à l’adoption    des mesures de sécurité pérenne pour sauver  des vies humaines  tout en  assurant  la période hivernale en vue.      Pour   répondre efficacement à la demande sécuritaire à Bankass et même au centre de notre pays, la seule implication des autorités ne peuvent à elle seule   combler le vide sécuritaire.  Au-delà de la part de responsabilité des communautés locales, les leaders religieux y sont interpellés  aussi  à prêcher davantage dans  les  lieux  de cultes,  de la tolérance islamique  contrairement exercée  par  ces  groupes  radicaux  qui  sèment  de la terreur  dans le centre.    Enfin, il serait   tout de   même difficile à éradiquer    ces atrocités, sans une réelle volonté politique et juridique de la classe dirigeante.   Puis que   c’est   elle qui devrait, en toute responsabilité, augmenter des effectifs d’hommes  apables d’occuper des zones,  une fois  libérées  aux mains des djihadistes.   Aussi, des équipes aériennes doivent être en permanence mobilisées pour anticiper et voler au secours de la population en détresse.

Yacouba COULIBALY

Source: L’Alternance

Vous allez aimer lire ces articles

KIDAL: LA CMA LANCE UNE NOUVELLE OPÉRATION DE SÉCURISATION ET INSTAURE UN COUVRE-FEU

Tribune des Nations Unies : réaction des partis politiques et mouvements syndicaux au discours d’Abdoulaye Maïga

Soldats prisonniers au Mali : « soutien total » de la France à la Côte d’Ivoire

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct