Édito : des mesures de façade encore !

La semaine dernière, le nombre de personnes testées positives à la Covid-19 a beaucoup grimpé au Mali. Pour la première fois depuis l’apparition de cette pandémie le 25 mars 2020, le Mali a atteint 413 cas positifs. Très grave et très inquiétant ! Que faut-il faire alors ? Il faut prendre des mesures urgentes et rigoureuses. Comme d’habitude, les autorités ont pris, lors du Conseil supérieur de la Défense nationale, une  série  de mesures préventives contre  la maladie à Coronavirus. C’est bien. Il fallait  ces mesures. Mais que vaut une mesure si elle n’est pas appliquée ? Rien, elle sera juste une mesure plus, une mesure façade.

Les autorités maliennes, précédentes comme actuelles, ont toujours brillé par leur laxisme quant à l’application des mesures qu’elles ont, elles-mêmes, prises dans le cadre de la prévention  contre  la maladie à coronavirus.  A chaque nouvelle vague de Covid-19, ce sont des nouvelles mesures qui sont prises. Mais peu sont celles qui sont appliquées à la lettre. Les interdictions de rassemblements au-delà de 50 personnes, la fermeture des bars, hôtels, boites de nuit, le port obligatoire des masques dans les lieux de rassemblements, le lavage des mains au savon …sont, entre autres des mesures qui reviennent à chaque fois, mais qui ne sont jamais respectées comme il le faut.

Au-delà du citoyen qui ne croit pas en la réalité de cette  maladie et qui a besoin d’être beaucoup plus sensibilisé, l’État même a failli à son devoir  en matière de l’application de ces mesures. Elles sont piétinées dans la plupart des structures étatiques. Très peu sont des structures qui, de nos jours, imposent le lavage des mains à ses usagers. Les décisions de fermetures des lieux de rassemblement ne sont que de vains mots puisqu’elles ne sont jamais respectées.

La semaine dernière encore,  le gouvernement   a décidé de reprendre les mêmes mesures, dont la fermeture des bars, boites de nuit, hôtels. Mais malgré cette décision, dans la nuit du samedi dernier, des bars et boites, étaient ouverts et remplis sous l’œil complice des autorités. En tout cas au Golf.

L’heure est pourtant grave. Le danger est là et il est grand. Il est donc nécessaire que le gouvernement, pour une fois, s’assume. Ces mesures ne doivent pas rester que sur papier. Elles doivent être respectées. Et cela doit commencer d’abord au niveau de l’administration publique.

Les autorités doivent savoir que la lutte contre la maladie à coronavirus et le laxisme ne font pas bon ménage. Elles doivent être rigoureuses dans l’application des mesures préventives qu’elles ont prises.

Elles doivent aussi continuer et multiplier les sensibilisations des populations sur l’existence réelle de cette pandémie, de sa gravité et de la nécessité de se protéger. Il faut vite briser la chaine de contamination qui passe forcément par le respect des mesures édictées par les autorités.

Boureima Guindo

  Source: Journal le Pays- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Mali: deux civils tués par une mine artisanale, cinq morts en deux jours

Découpage territorial : Une autre bombe sociale ?

Réussite de la transition au Mali. : Le pouvoir au four et au moulin

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct