Embargo terroriste sur le village de Songo dans le cercle de Niono: Plusieurs décès enregistrés par manque de vivres et de médicaments

La force Barkhane, les FAMA et les forces armées nigériennes accentuent leurs actions dans la zone de trois frontières, mais l’insécurité continue de faire des victimes. Au Mali, dans le cercle de Niono, le village de Songo vit dans l’enfer terroriste. Des habitants témoignent de la souffrance due au manque de produits alimentaires et pharmaceutiques. Une situation déplorable d’autant plus que les terroristes ont encerclé le village depuis plus d’un mois ; “rien ne sort ni n’entre’’ selon notre source.   

 

Le village de Songo dans le cercle de Niono est toujours assiégé par de présumés djihadistes. Depuis samedi 04 septembre dernier, au moins cinq (5) personnes ont été tuées par les assaillants qui occupent la localité depuis le mois de juillet 2021. Les habitants, qui manquent de tout, lancent un cri de cœur à l’endroit des autorités du pays.  

Témoignage glaçant d’un habitant sur studiotamani.com  

« Depuis samedi, ces hommes armés ont attaqué des populations, il y a eu des morts. Hier encore c’étaient des coups de feu et cela a duré 6 heures. Trois personnes ont reçu des balles et sont mortes. Nous sommes désespérés, nous ne savons même pas qui sont ces gens. Bientôt trois mois, personne n’entre et ne sort du village. On est en manque de tout. Pas de nourriture ni de médicament, plusieurs personnes ont perdu la vie à cause de la faim et de manque de médicaments. Présentement, nous sommes en train de voir comment quitter le village, mais c’est difficile vu que le village est encerclé depuis le 3 juillet dernier. Nous avons alerté les autorités et même le gouvernorat, mais jusque-là, personne ne nous a secourus. Hier, au moment des tirs nous avons aperçu un avion, nous avons pensé qu’ils venaient pour nous aider ; mais hélas !  

Intensification des opérations dans la zone des trois frontières  

Plusieurs terroristes ont été neutralisés dans la zone des trois frontières, du 23 au 27 août 2021, au cours d’opérations conjointes menées par la force Barkhane, les FAMA et les forces armées nigériennes. Dans un communiqué, en date du 3 septembre dernier, Barkhane indique que ces opérations ont eu lieu à Bentia, Fafa et dans la forêt de Sorori, le cercle d’Ansongo ainsi que dans la région de Douentza.  

Ces opérations avaient pour objectif de déstabiliser les groupes armés terroristes et de sécuriser les convois logistiques. Celles-ci devraient permettre de rassurer la population après des exactions commises par l’EIGS, indique Barkhane dans son communiqué.  

Le document explique que plusieurs terroristes ont été mis hors d’état de nuire. Et des armes de guerre, téléphones et radios ont été saisies ainsi qu’un pick-up détruit.  

De vastes opérations de fouille dans les villages de Fafa, Bentia et dans la forêt de Sorori ont été engagées lors de cette descente par la compagnie des forces armées nigériennes et une section des FAMa.  

Ces missions ont bénéficié d’une douzaine d’appuis aériens (chasse et renseignement) guidés par la force Barkhane et par les moyens aériens tactiques avancés (GATA) des armées partenaires, précise le communiqué.  

Des drones ont assuré plusieurs opérations de protection et de surveillance des convois des FAMa dans la région de Douentza afin de prévenir d’éventuelles embuscades ainsi que dans la zone des trois frontières.  

Bourama Kéïta 

Source : LE COMBAT

Vous allez aimer lire ces articles

Cercle de Bankass : l’attaque de Dimbal fait 2 morts

BAFOULABE : des bandits arrêtés, d’autres recherchés par la justice

Babacar Justin Ndiaye, politologue sénégalais : « L’ex-puissance coloniale est mal placée pour donner des leçons au Mali »

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct