Exactions et abus sur les populations civiles dans les régions de Gao et Mopti : Les Fare invitent le gouvernement à mettre en place une architecture durable de défense et de sécurité du pays

Suite aux différentes exactions et abus sur les populations civiles dans les régions de Gao et Mopti à travers les prises d’otages, le sabotage de bac et les attaques meurtrières, les Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (Fare An Ka Wuli) condamnent avec la dernière rigueur et exigent la libération de toutes les personnes prises en otage lors des différentes attaques.

A l’entame, les Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (Fare An Ka Wuli) disent avoir appris avec une grande consternation les actes terroristes qui sont produits dans les régions de Gao et Mopti : le dimanche 28 juin aux environs de 11 heures, dans la localité de Tacharane, Commune rurale de Gounzourèye, région de Gao, des hommes armés ont attaqué le personnel d’une entreprise de travaux publics tuant un technicien et pris quatre autres en otage dont une femme libérée plus tard ; le mercredi 1er juillet, dans l’après-midi, à Lellehoye, Commune de Bourra dans le Cercle d’Ansongo, des groupes armés terroristes ont mis le feu aux deux moteurs du bac qui servait pour la traversée du fleuve Niger ; le même mercredi, des individus armés en motos et véhicules ont lancé des attaques meurtrières contre les villages de Gouari, Djimdo, Pangadougou et Dialakanda, tous situés dans les Communes de Tori et de Dialassagou dans le cercle de Bankass, Région de Mopti, avec un bilan très lourd de 32 civils tués, des blessés et d’autres pris en otage.

En ces douloureuses circonstances, les Fare présentent leurs condoléances aux familles des victimes, souhaitent prompt rétablissement aux blessés et exigent la libération sans condition des otages. “Le Parti Fare condamne ces lâches et ignobles attaques et s’inquiète de l’aggravation de plus en plus dramatique de la situation sécuritaire de notre pays qui a atteint depuis longtemps le seuil de l’intolérable”, déplorent les Fare.

Dans son réquisitoire, le Parti Fare demande aux populations de collaborer avec les Forces armées maliennes (FAMa) pour une meilleure sécurisation de notre pays. Aussi, il rappellera que c’est aux autorités maliennes qu’incombe la responsabilité d’assurer la stabilité et la sécurité sur l’ensemble du territoire. “Le Parti Fare demande encore au gouvernement de mettre en place une architecture durable de défense et de sécurité du pays, de créer davantage de synergie entre les FAMa, la Minusma, l’opération Barkhane et les partenaires bilatéraux et régionaux du Mali”, a-t-il conclu.                                                                               

Boubacar PAÏTAO

Source: Aujourd’hui-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Une majorité de(79,3%) des personnes interrogées sont insatisfaites du travail de Barkhane selon les Résultats de l’enquête d’opinion politique Mali-Mètre

Mali: le Premier ministre Boubou Cissé présente sa feuille de route de sortie de crise

Cédéao : ce qui est faux est faux

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct