KABOUL – BAMAKO : LES MÊMES CAUSES PRODUIRONT-ELLES LES MÊMES EFFETS ?

KABOUL – BAMAKO : LES MÊMES CAUSES PRODUIRONT-ELLES LES MÊMES EFFETS ? Similitudes et différences Tous les analystes s’accordent à le dire : le Mali n’est pas à l’abri du scenario afghan. S’il existe en effet beaucoup de similitudes entre les deux pays sur le plan géopolitique, il existe pour autant des différences fondamentales susceptibles d’empêcher une répétition de l’histoire dans le Sahel. 8.058 km pour 22 heures à vol d’oiseau séparent les deux capitales, Bamako et Kaboul, pour une population respective d’un peu plus de 2 et 3,05 millions habitants. Et de part et d’autre, se trouvent les combattants jihadistes du Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM) et de l’autre, les Talibans.

Les seconds ont récemment conquis la capitale afghane pendant que les premiers caressent tendrement la même idée. Et comme l’Afghanistan du président sortant Ashraf Ghani, la mauvaise gouvernance et surtout la Corruption à l’origine profonde de la démobilisation des troupes, justifie en partie l’avancée des Talibans et la chute sans résistance de Kaboul. On ne le dit pas très souvent. Le manque de combativité de l’armée afghane est en effet, à l’origine de la chute de Kaboul. Bamako a également subi les affres du régime d’Ibrahim Boubacar Keïta. Ce président sortant a en effet laissé derrière lui une armée politisée, corrompue et en partie démobilisée. Fort heureusement, certains tiennent encore la dragée haute et s’appliquent à l’heure actuelle à éviter le chaos. La similitude entre les deux pays et régimes ne s’arrêtent pas là. Pendant très longtemps, Kaboul s’est complainte à limiter son influence dans la seule capitale et environs comme c’est présentement le cas pour Bamako. L’Etat malien brille en effet par son absence au-delà d’une certaine limite territoriale. Comme en Afghanistan, le pays est désormais fractionné et une grande partie du territoire reste sous influence des groupes armés jihadistes et/ou d’autodéfense. Aussi, en Afghanistan, la présence des troupes étrangères ainsi que la présumée formation de l’armée nationale par les Américains en l’occurrence, n’ont pas encore fait leurs preuves. Au Mali, ces troupes étrangères abondent et sont censées mettre les FAMAS à niveau. Mais les résultats ne sont, pour l’instant, pas probants. Enfin, en Afghanistan, seulement un mois après le début du retrait des troupes américaines, les Talibans ont conquis Kaboul. Alors, qu’adviendra-t-il si les Français se retiraient du Mali ? Les groupes jihadistes à l’image du GSIM d’Iyad Ag Ghali conquerront-ils la capitale malienne ? A signaler par ailleurs que Talibans afghans et combattants du GSIM au Sahel sont très proches pour être tous deux d’obédience Al-Qaïda d’Ossama Ben Laden. Pour rappel, le GSIM est affilié à AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique) et Amadou Koufa du FLM (Front de Libération du Macina) a fait allégeance à Iyad Ag Ghaly et est ainsi partie prenante du GSIM. Ces entités sont foncièrement opposées à «l’Etat Islamique» ou DAECH qui sévit en ce moment dans la région des trois frontières entre le Mali, le Burkina et le Niger. Bref, à la lumière de cet éclairage, le risque que Talibans et combattants du GSIM répètent le scénario Afghan au Mali n’est-il pas évident ? Les objets noirs se ressemblent entre-elles par leur noirceur, mais leur luminance fait la différence Il existe bien de similitudes entre les deux pays ainsi que Talibans d’Afghanistan et combattants du GSIM au Mali. Mais aussi des différences fondamentales. En Afghanistan, les Talibans, jadis appelés les Moudjahidines ont toujours constitué une armée unifiée ayant combattu les plus grandes armées du Monde (Russes, françaises, américaines, etc.). Au Sahel, il existe une multitude de groupes armés affiliés entre eux par liens tribaux et non-religieux au contraire des Talibans. Souvenez-vous donc : les tentatives d’Iyad Ag Ghaly d’unifier les mouvements au sein du HCUA en l’occurrence ont toutes échoué. D’ailleurs Iyad est en ce moment contesté jusque dans son fief à Kidal. Cette opposition devenant de plus en plus menaçante… jusqu’à l’assassinat à Bamako de Sidi Brahim Ould Sidati, de la CMA. Comprenne qui pourra ! Et de l’autre, se trouvent la plateforme et Alliés (GATIA) ainsi que d’autres groupes d’autodéfense : «GANDA GOÏ», «GANDA ISO», etc. GANDA voulant dire «terroir», «sol», «territoire», «pays» ; «Goï» : «propriétaires» ; et «Izo» : «enfants». Donc «propriétaires terriens» pour «Ganda-Goï» et «Enfants du territoire» pour «Ganda Izo»). En somme, la motivation ici n’est nullement religieuse, mais territoriale. Un conquérant religieux aura des difficultés à se faire admettre-là au motif d’une guerre d’islamisation. Au centre et Sud du pays, se trouvent des communautés certes déjà islamisées, mais toujours rattachées à leur patrimoine territorial : les donzos.
Fondateurs de la quasi-totalité des contrées du centre et du Sud, ils constituent aujourd’hui un rempart non négligeable contre les groupes jihadistes. Désormais organisés en véritables armées, ces Donzos constituent aujourd’hui une véritable force d’opposition et de résistance à l’absence de l’Etat dans de nombreuses circonscriptions. Ce n’est pas le FLM d’Amadou Koufa qui nous contredira. Ces jihadistes ont été contraints çà et là à signer avec eux des pactes de non-agression surtout dans le Macina. Une différence fondamentale avec l’Afghanistan. Enfin, Kaboul a permis de sonner l’alerte. L’histoire n’évoluant nullement de manière linéaire, il n’est pas évident qu’après Kaboul que Bamako ou toute autre capitale du Sahel tombe aussi facilement. En clair, la chute de la capitale afghane a ceci de bon qu’elle a permis d’ouvrir les yeux de tous les protagonistes maliens et des voisins du Mali : à qui le tour après Bamako ? Une question désormais à l’ordre du jour et ayant permis d’éveiller les consciences dans les pays de la sous-région voire du reste du monde. Un homme averti dit-on…
Batomah Sissoko
Source: Sphinx

Vous allez aimer lire ces articles

Attaque terroriste à Bandiagaea: un bilan de 31 morts, 17 blessés et le camion calciné

La jeunesse du Pays dogon dénonce le manque d’action efficace de l’armée

Trente-trois forains calcinés à Songho : L’horreur qui endeuille la nation

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct