Cinq jours après la date indiquée du départ de l’armée malienne de Gao à Kidal, les soldats maliens n’ont toujours pas pris la route pour Kidal. Ils sont encore stationnés à Gao.

 

Le départ de l’armée de Gao pour prendre ses positions à Kidal qui était prévu depuis  le 1er février dernier, le bataillon de l’armée reconstituée doit faire son entrée aujourd’hui à Kidal. A Kidal, on rassure que tout est fin prêt. “Le camp a été rénové par la MINUSMA, la logistique durant les quatre jours de voyage entre Gao et Kidal est aussi prête”, confiait une source sécuritaire.

Les incompréhensions

Selon une source bien introduite “pour les mouvements signataires de l’accord de paix, ce bataillon destiné à Kidal et qui est composé des ex-combattants et des soldats de l’armée doit être sous commandement du MOC, le mécanisme opérationnel de coordination alors que pour le gouvernement malien, ce bataillon doit rester sous commandement de l’État-major général des armés”. Le commandement de ce bataillon constitue aussi un point de discorde ? “Pour le gouvernement, le commandement doit revenir à un officier désigné par le chef d’Etat-major des armées et qui pourra être un officier supérieure originaire du sud, comme c’est le cas à Gao et Tombouctou, alors que pour les mouvements signataires de l’accord de paix, le commandement du bataillon de Kidal doit revenir à un officier originaire du nord, étant donné que la majorité des soldats destinés à Kidal sont aussi originaire du nord”, assure notre source.

 

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau