La DIRPA face à la Presse : ‘’De lourdes pertes enregistrées dans le rang des ennemis par les FAMa et leurs partenaires, au mois dernier ‘’

La salle de conférence de la Direction de l’Information et des Relations Publiques des Armées (DIRPA) a abrité sa désormais traditionnelle conférence de presse sur la situation sécuritaire, co-animé par son directeur, Colonel Souleymane Dembélé et celui de la Direction centrale des services de santé des armées (DCSSA), le colonel-major Mohamed Alpha Diaw.

C’était ce jeudi 2 septembre 2021, en présence du chargé de communication du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, M. Boubacar Diallo.

À l’entame de cette 3ème conférence de presse, s’inscrivant dans le cadre de la rencontre mensuelle de le Directeur de l’Information et des Relations Publiques des Armées avec les médias nationaux, le directeur Colonel Souleymane Dembélé a rappelé que l’objectif est d’établir la confiance entre les forces de défense et de sécurité et les hommes de médias et d’établir une communication de proximité entre les FAMa et les populations dont le soutien est indispensable dans la lutte contre les forces du mal .

Après une brève présentation de la DIRPA, le colonel Souleymane Dembélé a parlé des différentes audiences du ministre de la Défense et des Anciens Combattants et du Chef d’Etat-major Général des Armées.

Il a déclaré que le mois d’août n’a pas été tellement propice en événements comme les mois précédents. Cela s’explique par le fait que beaucoup de zones sont inondées et a permis de réduire la mobilité des FAMa.

«Au cours du mois écoulé, les Forces armées maliennes (FAMa), la MINUSMA et les populations civiles ont été victimes de plusieurs attaques perpétrées par des Groupes armés Terroristes (GAT).

Du côté des FAMa, il y a eu 22 militaires tués et 39 blessés. Au même moment, 68 civiles ont perdu la vie dont 16 chasseurs Donzos et 8 blessés.

En ce qui concerne la MINUSMA, elle a enregistré 6 blessés durant la même période », a-t-il laissé entendre.

Selon lui, les attaques barbares ont été perpétrées dans plusieurs localités du pays, notamment dans les villages de Dirga, Karou, Deoutégeft, Dlonguebougou, la forêt de Gringale, Aguelhoc, Koutiala.

Toutefois, les FAMa et leurs partenaires ont causé de lourdes pertes dans le rang de l’ennemi. S’agissant de ces embuscades: « les FAMa ne sortaient pas pour aller chercher les terroristes.

Mais aujourd’hui les FAMa sont actives, c’est ce qui explique ces embuscades sur les routes contre les forces de défense et de sécurité. Elles ne sont plus dans la posture statique », a-t-il déclaré.

Dans le cadre de la coopération avec les partenaires, il dira que les FAMAS ont mené 4 opérations avec la Force Barkhane. Aussi, il a rappelé les opérations autonomes de Barkhane et a exprimé que Barkhane a également organisées une soixantaine de formations à l’endroit des FAMAS et des opérations de transport.

À ses dires, les forces françaises sont en train de dispenser une dizaine de formations et de cours aux FAMAS sur plusieurs modules (renseignement, manipulation des armes etc.).

« En collaboration avec les écoles militaires, Barkhane a fait des formations à l’endroit des officiers », a-t-il évoqué. Quant au retrait de la force Barkhane, le directeur de la DIRPA a indiqué que la force Barkhane dans sa formulation va changer, mais Takuba reste. Il a rassuré que cette nouvelle force est un conglomérat de force composé de plusieurs forces européennes.

Parmi les rencontres et audiences du ministre, il a cité entre autres : la rencontre avec l’attaché de Turquie, la Maison de la Presse, le G5 sahel au Niger ; la réunion de l’instance militaire ; l’audience avec le chef des opérations de la Société Brésilienne Abrain, qui a octroyé au Mali 10 milliards de FCFA, du 29 au 30 août 2021.

Prenant la parole, le directeur de la Direction Centrale des Services de Santé des Armées (DCSSA), le colonel-major Mohamed Alpha Diaw, à son tour présenté le rôle et les missions de sa structure.

Selon lui, en termes d’actions, il ya des actions civilo-militaires, mais aussi des actions régaliennes du service de santé de l’armée qui continuent sur le théâtre des opérations. Il a informé que les travaux du nouvel hôpital militaire vont commencer très prochainement à Banankoro, afin de diminuer l’évacuation des blessés de guerre vers l’extérieur. Quant à la prise en charge des militaires atteints de traumatisme, il a affirmé l’assistance des partenaires pour construire un service très performant pour la prise en charge psychologique psychiatrique des militaires et des civils.

Pour terminer, le chargé de communication du ministre de la Défense et des anciens combattants Boubacar Diallo a déclaré que les terroristes veulent utiliser le temps pour décourager nos partenaires.

Ils évitent les affrontements avec les FAMa et s’adonnent à des embuscades et des poses de mines en espérant que nos partenaires nous abandonnent. « Le Mali est une digue et c’est cette digue qui va protéger les autres.

Les Maliens doivent jouer avec le temps, car se sera une guerre difficile et qui va durer, mais qu’au finish notre pays l’emportera », a-t-il conclu.

 

Aïssétou Cissé

 

Source: ÉchosMédias

Vous allez aimer lire ces articles

Fête de l’armée : la transition annonce de nouveaux accords sans préciser les contenus et les partenaires

Mali: Le Président togolais Faure EYADEMA fait un voyage discret à Bamako après l’entretien téléphonique Guterres- Assimi GOITA. Exclusif

Les sanctions de la Cédéao contre le Mali n’arrangent pas le Sénégal

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct