La mission de l’ONU au Mali “pas viable” sans augmentation des troupes (projet de rapport)

La mission de maintien de la paix de l’ONU au Mali n’est “pas viable” sans augmenter le nombre de Casques bleus, selon un projet de rapport du secrétaire général de l’ONU obtenu par l’AFP.

Le projet de rapport évoque à l’inverse un retrait des troupes si elles ne sont pas en mesure d’exercer leur mandat. La Minusma a été créée en 2013 pour aider à stabiliser un Etat menacé d’effondrement sous la poussée jihadiste, protéger les civils, contribuer à l’effort de paix, défendre les droits humains… Mais la situation sécuritaire n’a cessé de s’aggraver. “La Minusma est une opération de maintien de la paix là où il n’y a pas de paix à maintenir”, résume Antonio Guterres dans ce document remis aux membres du Conseil de sécurité et qui doit être publié prochainement. La mission, privée désormais du soutien d’opérations étrangères, notamment de la France qui s’est retirée en août dernier, “a fait de son mieux”, mais “a été poussée au-delà de ses limites”, note-t-il. Le rapport demandé par le Conseil de sécurité en juin lors du renouvellement de la mission pour un an estime ainsi que “la situation actuelle n’est pas viable” et propose trois séries d’options pour y remédier. La première serait de donner les moyens à la mission d’assurer pleinement son mandat en augmentant ses effectifs militaires et policiers de 3.680 personnes, ou de 2.000 dans une version plus modeste. Mi-décembre, la mission comptait 12.388 militaires (contre 13.289 autorisés par le mandat) et 1.598 policiers (pour 1.920 autorisés). Mais cette option requiert que “tous les paramètres” soient remplis. Parmi ces conditions, le secrétaire général cite des progrès dans la transition politique qui prévoit, après deux coups d’Etat militaires, le retour des civils au pouvoir en mars 2024, ainsi que la liberté de mouvement des Casques bleus alors que l’ONU dénonce les entraves imposées par les autorités maliennes. Option inverse, “si les paramètres clés pour que la mission puisse opérer avec son mandat actuel ne sont pas remplis”, le secrétaire général évoque le “retrait des unités en uniforme” et la transformation en “mission politique spéciale”, avec une présence uniquement à Bamako. Entre les deux extrêmes, le rapport propose un maintien du nombre de Casques bleus, mais la modification du mandat, avec la fermeture de certains camps ou une réduction de la présence dans le centre du pays.

AFP

Vous allez aimer lire ces articles

Editorial: l’indignation sélective, la dénonciation perfide, et le dessein funeste

Mahamoudou Savadogo : « La Guinée pourrait servir d’ouverture vers la mer pour le Burkina et le Mali »

Multiplication des retraits des troupes de pays contributeurs à la MINUSMA El Ghassim Wane rappelle l’urgence que « Ces personnes doivent être remplacés au plus vite »

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct