Ce jeudi aux environs de 11h des hommes armés auraient fait irruption dans un village et fermé l’école du village avant de partir.

À l’approche de la rentrée scolaire, beaucoup de villages dans le cercle de Banamba avaient reçu des visites désagréables des djihadistes, au cours desquelles, ils avaient interdit aux villageois d’ouvrir leurs écoles en octobre. Avant de partir, ces personnes avaient même proféré des menaces au cas où il y aurait des récalcitrants.

Mais apparemment, les précautions n’ont pas été prises, ou, si elles ont été prises, elles ne sont pas suffisantes. Pour preuve, on vient apprendre que l’école de Toukoroba du CAP de Banamba a été fermée ce jeudi aux environs de 11h par ces personnes malveillantes qui ne cherchent qu’à détruire l’avenir de toute une nation en s’attaquant à son éducation.  Pour l’instant aucune intervention n’a été signalée en  cours de la part des autorités.

Il faut que nos autorités réagissent, et au plus vite. Si la solution militaire ne marche pas, pourquoi ne pas essayer une autre plus pédagogique ; en utilisant, par exemple, nos langues nationales comme langue d’enseignement dans ces zones puisque ces djihadistes semblent pointer l’enseignement  français, et il arrive même que des parents d’élèves soient d’avis avec eux ce qui leur facilitent la tâche encore.

Saïdou Guindo (stagiaire)

Source: Malijet