La réunion    du Conseil  Paix et Sécurité  (CPS)   de l’Union Africaine (UA)   du mardi dernier s’est soldée par   la décision de renouveler le mandat de la force  conjointe du G5-Sahel.  Depuis le 13  juillet  dernier, les militaires des 5 pays du   Sahel   engagés dans une opération conjointe de lutte contre le terrorisme ont  un  nouveau mandat d’une année.

Créé en 2014 sous l’impulsion de l’Union Africaine, les chefs d’État du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad ont officialisé à Bamako le lancement d’une force conjointe transfrontalière en  2017.

À travers la résolution 2359 du 21 juin 2017, le Conseil de sécurité de l’ONU a pris acte de sa  création et s’est inscrite dans sa vision de lutter  contre l’insécurité, et de mener des actions de développement pour désenclaver la zone  du sahel . Aussi depuis  le début de ses opérations sur le  terrain, la Force conjointe du G5 Sahel a continué de renforcer ses capacités opérationnelles dans un environnement sécuritaire particulièrement tendu  lié à la prolifération des groupes terroristes.  Dans le  dernier rapport du secrétaire  général  des Nations Unies sur la force conjointe du G5 et en date du 13  Mai dernier, il ressort que  la zone des trois frontières reste le principal point chaud, malgré la pression exercée dans le cadre des opérations antiterroristes et les(…)

MAHAMANE TOURE – NOUVEL HORIZON