Mali-Cédéao : l’Union Africaine prend le relais de la médiation pour la reprise de dialogue et une solution continentale à la crise

Le Président de la Commission de l’Union Africaine (UA), le tchadien Moussa Faki Mahamat, vient d’effectuer, mardi 25 janvier 2022, une visite de travail à Bamako. Le patron de l’organisation continentale qui a passé lundi par Accra, au Ghana, où il s’est d’abord entretenu avec le Président en exercice de la Cédéao, Nana Akufo-Addo, s’est entretenu avec les principales autorités de la transition malienne  avec comme principal enjeu, la reprise de la médiation et des négociations entre l’institution communautaire et le régime en poste à Bamako pour une sortie de crise suite aux lourdes sanctions infligées par les Chefs d’Etat de la Cédéao au Mali. Avec comme objectif, in fine, une sortie heureuse avec calendrier consensuel entre les deux parties pour un retour à l’ordre constitutionnel au Mali.

 

On s’achemine peut-être vers une sorte de paix de brave entre la Cédéao et le Mali par le truchement de l’Union africaine (UA). Alors que le dialogue semble au point mort depuis que les chefs d’Etat de l’organisation ouest-africaine ont, le 09 janvier dernier à Accra, décidé de durcir leurs sanctions notamment économique contre le Mali.

Le mardi 25 janvier, une délégation de l’Union Africaine (UA), conduite par Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’institution, a séjourné à Bamako après un passage à Accra au Ghana où elle a échangé avec le chef d’Etat ghanéen, Nana Akuffo Addo, président en exercice de la Cédéao. Dans la capitale malienne, la délégation qui s’est entretenue avec les représentants du corps diplomatiques et des organisations et institutions internationales accrédités au Mali, a par la suite rencontré les principales autorités de la transition notamment le président Assimi Goita, le Premier ministre Choguel Maiga et le chef de la Diplomatie Abdoulaye Diop.

A la recherche d’une solution de sortie de crise africaine

Au sortir de sa rencontre avec le Colonel Assimi Goita, le patron de la Commission de l’UA a confié aux médias être « en mission au Mali pour écouter, pour s’informer et pour échanger avec les autorités de la transition sur le processus de transition dans ce pays africain ». Le tchadien Moussa Faki Mahamat a aussi été interrogé sur les sanctions de la Cédéao, qui ont entérinées par l’Union africaine, et en diplomate averti il a quelques peu esquivé la question en estimant que  « le plus important est de voir comment il faut soutenir la Transition au Mali, échanger sur une approche consensuelle qui puisse préserver les intérêts fondamentaux de ce grand pays africain et conformément aux textes qui régissent l’Organisation sous-régionale et continentale ».

Selon un compte-rendu des services de communication de Koulouba, la présidence malienne, il a aussi exhorté  l’ensemble des acteurs et les partenaires à tenir compte de la situation particulière que traverse le Mali. Un pays confronté à une crise sécuritaire depuis une dizaine d’année. « Nous mobilisons le continent et ses partenaires pour soutenir le Mali et dépasser cette crise conjoncturelle et asseoir un État fort dans l’intérêt du peuple malien, de la région et de l’ensemble du continent », a déclaré le Président de la Commission de l’UA.

Avec le Premier ministre Choguel Kokala Maiga, le Président de la commission de l’UA s’est aussi plier au même exercice expliquant être venu au Mali pour “écouter les maliens et s’informer de l’évolution la situation”. L’ancien chef de la diplomatie tchadienne a dit avoir fait part au Premier ministre de la

disponibilité de l’UA à accompagner le Mali de concert avec la CEDEAO. « On ne peut pas parler de l’Afrique sans le Mali » a-t-il ajouté.

De son coté, le chef du gouvernement de la transition a malienne a réitéré ce qu’il ne cesse de répéter ces derniers temps. « Notre Peuple compte sur l’Union Africaine pour sortir de cette crise, nous sommes convaincus qu’avec vous, avec ceux de la CEDEAO, nous trouverons la voie de l’entente pour que le Mali occupe la place qu’il aurait jamais dû quitter dans la communauté ouest-africaine et africaine » a déclaré Choguel Maïga, d’après les services de communication de la Primature qui ont également rapporté que le Premier ministre a aussi expliqué à la délégation de l’UA que la prolongation de la Transition a été décidée par les maliens lors des Assises Nationales de la Refondation, pour permettre au gouvernement de terminer les chantiers prioritaires.  « Nous demandons à la communauté internationale de respecter la souveraineté de notre pays, de respecter les intérêts supérieurs du pays », a plaidé Choguel Maiga selon les propos rapportés par son service de communication.

Le Président de la Commission de l’UA n’a fait par la suite aucune déclaration sur ce qui a été décidé au terme de son séjour ouest-africain. Les prochains jours seront certainement édifiants d’autant que parallèlement, d’autres médiateurs sont entrés dans la danse comme le Président togolais Faure Gnassingbé qui a fait un bref séjour, la semaine dernière à Bamako, où il s’est entretenu avec le Chef de l’Etat malien avant de s’envoler pour Dakar pour échanger avec le président sénégalais Macky Sall, en marge à sa participation à l’investiture du Président gambien Adama Barrow.

A Bamako également, c’est un intense ballet diplomatique qu’on remarque ces derniers temps et ce mercredi, le chef de la diplomatie malienne Abdoulaye Diop se trouve à Bruxelles où il participe à une rencontre des ministres des Affaires étrangères du G5 Sahel avec l’Union européenne.

A.Y.B (actuniger.com)

Vous allez aimer lire ces articles

L’ONU dit regretter le départ du Mali du G5 Sahel

Putsch avorté au Mali : Le Conseil militaire rassure

MOURRAH: 3 familles restent sur 4000 habitants

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct