METTRE L’ARME AU PIED

Le ministre de la Justice a choisi d’emblée une démarche très volontariste pour bousculer un corps qui, à son sentiment, observe une certaine réserve par rapport à la mise en œuvre de la vision présidentielle. Paradoxalement, il a repris à son compte une méthode fréquemment utilisée dans les démocraties dites avancées par les juges afin d’éviter que la pression du politique ne les oblige à enterrer des affaires embarrassantes pour l’autorité en place. Mohamed Bathily a, en effet, délibérément et abondamment opté pour l’électrochoc médiatique chaque fois qu’il s’est trouvé confronté à une résistance ou à une réticence des magistrats.

mohamed aly bathil ministre justice malienne entretien presse bamako

Le procédé a un double objectif évident, celui de ranger du côté du ministre une opinion publique qui nourrit un très fort préjugé défavorable vis-à-vis du corps judiciaire et celui de contraindre à la défensive les interpelés.

Maniée à doses homéopathiques, la méthode aurait sans doute fonctionné. Portée au niveau de la canonnade, elle a amené la bunkérisation des syndicats de la magistrature qui ont riposté par ce qui n’est pas loin de ressembler à une déclaration de guerre. S’achemine-t-on vers un conflit larvé extrêmement destructeur pour le justiciable malien ? Le risque existe quand on sait qu’un magistrat peut, sans se mettre en faute, imprimer une vitesse d’escargot au traitement d’un dossier. Mais, à notre avis, cette évolution vers l’extrême est l’hypothèse la moins envisageable. L’escalade a atteint pour tous les protagonistes son point culminant et chacune des parties aurait fort à perdre en demeurant dans une stratégie de la tension. L’expérience montre d’autre part que les intercesseurs interviennent avec plus d’efficacité dans les différends portés à l’incandescence que dans les oppositions molles où les protagonistes ne ressentent pas la nécessité de mettre l’arme au pied. Cependant, la reconstitution d’un seuil de confiance réciproque ne pourra certainement s’effectuer que dans le huis clos d’une remise à plat et dans l’identification partagée des priorités.

La juste identification des priorités se trouve aussi au cœur du traitement du dossier du Nord du Mali. Les frappes aériennes opérées la semaine dernière par Serval sur un important regroupement de combattants d’Aqmi, la poursuite des bombardements terroristes sur Gao et Tombouctou, l’accrochage à Kidal d’une patrouille Mali-MINUSMA par des inconnus armés probablement infiltrés confirment bien les indices fournis au cours des semaines précédentes : les troupes djihadistes mises en déroute par l’offensive française de janvier 2013 se sont reconstituées et se sont rééquipées. Le signal qu’elles envoient est sans  équivoque : elles ne laisseront pas passer la moindre occasion de démontrer qu’elles sont à nouveau opérationnelles et capables de porter des coups significatifs. D’après certaines informations, tel aurait été le projet de l’escouade djihadiste décimée par l’aviation française. Au vu de la nouvelle donne sur le terrain, il est important pour notre pays de boucler au plus vite les négociations avec les groupes armés pour se consacrer entièrement au traitement d’urgences plus préoccupantes.

AVEC CONSTANCE ET RÉGULARITÉ. Le MNLA et le HCUA ont été identifiés par la communauté internationale comme les alliés incontournables du gouvernement malien dans la lutte contre le terrorisme et pour le retour de la sécurité dans notre septentrion. Ils doivent aujourd’hui justifier cette flatteuse étiquette en s’appropriant les légitimes inquiétudes de notre peuple et en acceptant que la deuxième phase des pourparlers prévus par les accords de Ouagadougou enregistre des progrès rapides et essentiels. Ce qui est assez facilement réalisable si la bonne foi préside les discussions. Car de fait, les points à aborder avec les différents mouvements comportent essentiellement le cantonnement des éléments des groupes armés (cantonnement qui aurait dû être effectif peu après la signature des accords) et la mise en place du processus DDR (désarmement, démobilisation et réinsertion). D’autres questions comme l’organisation administrative et institutionnelle des régions du Nord et la stratégie de développement intégré des collectivités territoriales ont déjà été très largement discutées lors des Etats généraux de la décentralisation et des Assises nationales sur le Nord du Mali.

Sans minimiser l’importance de ce double objectif cité plus haut, celui-ci est objectivement plus aisé à atteindre que les actions plus lourdes constituées par la neutralisation de la menace terroriste, la revitalisation économique et sociale du Septentrion, le retour de l’administration dans les zones récupérées et le rapatriement des refugiés maliens. Autant d’entreprises vitales qu’il faut lancer simultanément et s’efforcer de faire progresser avec constance et régularité. Autant d’entreprises auxquelles il faut ajouter l’entame d’une réconciliation nationale qui s’annonce beaucoup plus ardue et beaucoup plus complexe que le processus mené dans les années 1990. A l’époque, les populations aspiraient surtout à se remettre aussi rapidement que possible du traumatisme qu’elles avaient subi en se trouvant confrontées à un phénomène complètement inédit depuis notre accession à l’Indépendance : celui d’une rébellion armée se prolongeant sur cinq années entrecoupées de brèves périodes d’accalmie et avec un champ d’action couvrant presque la moitié du territoire national (le soulèvement de 1962-1964 s’était limité à l’Adrar).

Croyant pouvoir ainsi conjurer définitivement le retour de la tragédie, les communautés du Nord avaient posé deux actes majeurs. Elles avaient opté délibérément pour une amnistie tacite des excès et avaient fait primer la quête du pardon sur la recherche de la vérité. Ensuite à travers leurs leaders traditionnels, elles s’étaient impliquées activement entre 1993 et 1994 (donc bien après la signature du Pacte National) à pacifier les relations entre groupes armés nomades et sédentaires, puis entre ces groupes armés et l’Etat. Les accords de paix de Bourem initiés par le vieux notable Alhero Touré et signés le 11 janvier 1995 entre le Front populaire de libération de l’Azawad (FPLA) et le Mouvement patriotique Ganda Khoye (MPGK) marquaient la première victoire de l’investissement intercommunautaire pour le retour de la sécurité au Septentrion. La société civile du Nord poussa plus loin son investissement en mettant en place des organisations de protection locales contre le vol de bétail et les rapines sévissant dans l’immédiat après-conflit.

S’ASTREINDRE A UNE VRAIE ÉCOUTE. Les rencontres intercommunautaires s’étaient avérées d’une telle efficacité qu’elles reçurent l’appui du gouvernement et l’accompagnement des partenaires extérieurs à travers la création du FAR-Nord (Fonds d’aide pour la réconciliation et la consolidation de la paix dans le nord du Mali). La méthode utilisée à l’époque par la société civile était des plus pragmatiques. Les rencontres s’entamaient par un exercice de catharsis au cours duquel étaient évoqués tous les griefs, les malentendus et les fautes. Elles se poursuivaient ensuite sur les démarches à initier pour rétablir la confiance, réinstaurer la cohabitation et neutraliser les fauteurs de troubles. Ce modèle est-il reconductible aujourd’hui ? Certainement, mais pas absolument à l’identique. La nation malienne, et singulièrement notre Septentrion, a été ébranlée de manière beaucoup traumatisante en 2012 et 2013 qu’elle ne l’avait été vingt ans auparavant. Aux déchirures amenées par la rébellion armée s’ajoutent les préjudices causés au préalable par l’effacement de l’Etat, effacement qui avait fait d’une bonne partie du Nord une zone de non-droit sans oublier les innombrables souffrances et humiliations amenées par l’occupation djihadiste.

Les antagonismes, les contentieux, les contradictions et les conflits larvés se sont stratifiés au cours des cinq-six années passées jusqu’à atteindre une gravité qui échappe souvent à l’observateur peu au fait des équilibres sur lesquels se reposait le vivre ensemble intercommunautaire. Briser la carapace de la suspicion et de la rancœur reste bien possible. Mais seulement pour le décideur qui aura l’humilité de s’astreindre à une vraie écoute, la lucidité nécessaire pour faire la balance entre les différentes sensibilités et le courage de s’éloigner des solutions stéréotypées. Lorsqu’on écoute les populations du Nord, on mesure tout le poids des attentes qu’elles placent dans l’Etat. Mais dans un Etat impartial, équitable et efficace. Un Etat à qui revient la tâche primordiale de soutenir la remise en confiance des différentes communautés aussi bien entre elles qu’envers lui.

Les mesures enclenchées récemment par des communautés peulhs en réaction à la multiplication des actes de vol de bétail montrent bien que les ressorts de la société civile à l’intérieur du pays n’ont pas perdu de leur puissance. Elles indiquent aussi qu’en s’appuyant sur les médias de proximité (une donnée inexistante il y a vingt ans), les leaders coutumiers réussissent une mobilisation significative, mais qui s’écarte de la vision des autorités. Pour le moment, le phénomène n’a pas encore dépassé la dimension d’une sérieuse alerte. Mais si une réponse idoine ne lui est pas proposée, il peut se rigidifier. Car les liens de confiance entre les communautés se sont sérieusement érodés et leur reconstitution représentera une entreprise singulièrement compliquée.

G. Drabo

Vous allez aimer lire ces articles

Mali : Un policier tué et un autre blessé dans une attaque à Fana (officiel)

EMGA : Le Chef d’Etat-major Général des Armées du Burkina Faso au Mali.

Fana, Nioro du Sahel, Bankass : l’insécurité persiste au Mali !

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct