NOTE TRIMESTRIELLE DE LA MINUSMA: 682 incidents sécuritaires, 317 civils tués, 73 enlevés/disparus et 77 blessés

La Minusma a publié sa note trimestrielle, le mercredi 31 août 2022. Dans cette note qui fait froid dans le dos, la Mission Onusienne fait état de la situation générale des droits de l’homme au Mali, notamment dans les régions du centre (Bandiagara, Douentza, Mopti et Ségou), du nord (Gao,

Kidal, Ménaka et Tombouctou) ainsi que dans certaines régions du sud (Kayes, Koulikoro, Koutiala et Sikasso) et le district de Bamako, du 1er avril au 30 juin 2022. La Minusma présente ce tableau noir comme suit : 297 victimes dont 200 tuées par Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, 44 blessées, 53 disparues.  Le nombre des victimes des milices et groupes d’autodéfense est établi à 34 et 14 victimes parmi les Groupes armés signataires.

 

La note de la Mission Onusienne s’est fondée sur des informations relatives aux violations et atteintes au droit international, des droits de l’homme et violations du droit international humanitaire collectées, vérifiées et documentées à la suite d’enquêtes conduites par la MINUSMA. En effet, elle s’appuie également sur les Positions, déclarations et communiqués officiels ainsi que sur d’autres documents publiés par les organisations étatiques et non-étatiques et les agences des Nations Unies.

En outre, elle se fonde sur des entretiens avec des sources primaires et/ou secondaires ainsi que sur l’exploitation et la vérification d’informations disponibles sur les sources ouvertes. « Dans la collecte et l’analyse des informations inclues dans la présente Note, la MINUSMA a observé scrupuleusement les principes et la méthodologie du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme », indique le communiqué de la Minusma. A cet égard, des règles claires de collecte des informations ont été suivies, afin de s’assurer non seulement du respect des standards les plus élevés en la matière, mais également de la crédibilité, la pertinence et la fiabilité des informations et témoignages collectés.

Tendances Générales

 Entre le 1er avril et le 30 juin 2022, la MINUSMA a documenté 682 incidents sécuritaires sur

L’ensemble du territoire national, notamment dans les régions du centre (310 incidents, y

Compris 60 incidents pour la région de Ségou), Gao (151), Ménaka (75) et Tombouctou (73).

Ainsi, pendant cette période, la MINUSMA a documenté 467 violations et atteintes aux droits de

l’Homme et au droit international humanitaire. Ces chiffres représentent une baisse de 42 pour

cent par rapport au premier trimestre (812). Au total, 317 civils ont été tués, 73 enlevés/disparus et 77 blessés. La grande majorité des victimes a été des hommes (420 soit 90 pour cent) suivie des femmes (13 soit 3 pour cent) et des enfants (34 soit 7 pour cent). « En comparaison au trimestre précédent, le nombre de civils tués a enregistré une baisse de 42 pour cent (543 civils tués au cours du trimestre précédent) », a précisé le communiqué.

Milices et groupes d’autodéfense communautaires

 Au cours de la période en revue, la MINUSMA a documenté 34 atteintes aux droits de l’homme imputables aux milices et groupes d’autodéfense communautaires ; ce qui représente selon la Mission onusienne une hausse exponentielle de 126 pour cent en comparaison avec le premier trimestre de l’année (15 atteintes documentées). Ces victimes, qui représentent à peu près huit (8) pour cent de l’ensemble des victimes enregistrées sur l’ensemble du territoire, ont été recensées principalement dans les cercles de Bandiagara, Bankass, Djenné, Niono et Mopti.

Seydou Fané

Source: Les Échos- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

La Côte d’Ivoire annonce le retrait progressif de ses troupes du Mali

Le Royaume-Uni annonce le retrait de ses troupes engagées dans la mission des Nations unies au Mali

Région de Mopti : Les FAMa récupèrent un important lot de troupeaux des mains des GAT

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct