Réconciliation nationale : Des avancées discrètes

A travers l’écoute diligente de plusieurs acteurs de la crise sécuritaire et des échanges dynamiques avec les représentants des pays amis au Mali, le ministre de la Réconciliation nationale, le Colonel Ismaël Wagué fait pousser, lentement mais sûrement la forêt de la réconciliation au Mali.

 Discret tant dans ses rencontres que sur le terrain, le ministre Ismaël Wagué est au four et au moulin. On le dit “militaire diplomate”, très avisé sur les questions de conflits intercommunautaires, dans la pure lignée des fins négociateurs genre Général de Gaulle.

C’est ainsi qu’il a pu récemment rencontre le chef milicien de Dan Ambassagou, Youssouf Toloba. Avec ce dernier, il a eu des échanges qualifies d’assez fructueux pour décrisper l’atmosphère et faire converger les espris vers la paix dans le centre du pays. Il assure que les Maliens tiennent à leur vivre-ensemble et feront tout pour le retrouvera et le consolider.

En effet, le colonel-major Ismaël Wagué a rencontré mardi 9 mars dernier, les chefs de la milice dogon Dan Na Ambassagou. Une milice pourtant accusée de nombreuses exactions. La rencontre s’est déroulée à Bandiagara à l’initiative du ministre et en présence du chef militaire de ce groupe armé, Youssouf Toloba, qui ne s’était pas privé de critiquer l’action des autorités de transition, avant de revenir à de meilleurs sentiments. Il a notamment été question des tensions intercommunautaires et de la lutte contre les groupes jihadistes dans le centre du pays.

Encourageante pour les uns, choquante pour les autres, c’est une rencontre pour le moins notable. Youssouf Toloba est le chef militaire de Dan Na Ambassagou, un groupe d’auto-défense dogon composé de chasseurs traditionnels, qui s’efforce de sécuriser les villages du centre du Mali vivant sous le joug des groupes jihadistes. Mais cette milice est aussi accusée par de nombreuses organisations de défense des droits humains, et même par un rapport d’experts des Nations Unies, publié en août 2020, d’exactions contre des civils peuls. Elle est notamment accusée d’avoir massacré plus de 150 civils dans le village d’Ogossogou, le 23 mars 2019. Officiellement dissoute en 2019, Dan Na Ambassagou ne s’est jamais conformée à cette décision et reste très présente sur le terrain.

À ce titre, beaucoup réclament que Youssouf Toloba soit poursuivi en justice. Ce qui ne l’avait pas empêché de publier en décembre 2020 une vidéo pour critiquer la gestion de la crise sécuritaire dans le centre du pays par les autorités de transition.

« Pas une caution »

« Ce n’est pas une caution », assure d’emblée un cadre du ministère malien de la Réconciliation nationale, qui précise que des rencontres similaires ont également lieu avec d’autres groupes d’autodéfense, à la fois dogons et peuls. « Nous voulons engager un dialogue avec tous les groupes armés pour apaiser les tensions sur le terrain : entre l’armée et les populations, entre l’armée et ces groupes, et entre ces groupes eux-mêmes. »

L’objectif affiché par les autorités est de faire cesser les hostilités et engager dans le centre du pays un processus de désarmement et de réinsertion, sur le modèle de celui qui a commencé dans le Nord. « Nous n’avons conclu aucun accord. Pour le moment, nous voulons les préparer à ce processus, les convaincre de déposer les armes », précise encore ce proche collaborateur du ministre de la Réconciliation nationale, le colonel-major Ismaël Wagué – qui avant d’être ministre, avait été l’un des principaux meneurs du coup d’État du 18 août 2020. « Il n’en est pas question », estime pourtant Mamoudou Goudienkilé, président de Dan Na Ambassagou, qui a participé à la rencontre. « Pour ça, il faudrait déjà qu’il y ait la sécurité ! Avant de nous désarmer, il faudrait déjà désarmer les jihadistes qui tuent nos populations, volent notre bétail et brûlent nos villages ! ». A ces humeurs, le ministre Wagué promet des discussions pour parvenir à la persuasion.

Par ailleurs, le ministre Wagué a travaillé d’arrache-pied pour parvenir, récemment, à hisser le drapeau national à Kidal. Ce fut un symbole fort du retour de l’Etat malien dans cette région, fief de toutes les rebellions au Mali? Ce success a été obtenu grâce à l’appui des partenaires étrangers comme la MINUSMA et certaines chancelleries occidentals.

Et le département de la Réconciliation ,nationale ne se fait pas prier pour aller à la rencontre des partenaires du processus de paix et de réconciliation au Mali. Le tout à mettre à l’actif de bilan positif du ministre Wagué. Nous y reviendrons. Bruno Djito SEGBEDJI

Source: Mali Horizon

Vous allez aimer lire ces articles

Insécurité et fermeture des classes : Le chemin de l’obscurantisme

Régions de Sikasso, Koutiala et Bougouni : Nouvel eldorado pour les groupes terroristes

Mali-Union Européenne : L’aide suspendue sera réallouée pour l’organisation rapide des élections

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct