Sanctions de la CEDEAO contre le Mali : « est un véritable projet de déstabilisation du Sahel », selon le CASP

Le Cadre d’Actions pour la Souveraineté des Peuples (CASP) a battu le pavé ce mardi 18 janvier 2022 à Ouagadougou. Pour ce regroupement d’organisation de la société, d’associations et de personnes ressources, les sanctions infligées au Mali est « une violation flagrante de la souveraineté du peuple Malien».

« Aujourd’hui, force est de reconnaitre que la force internationale conduite par la France pour apporter un soutien aux pays touchés par le « terrorisme » a montré ses limites, son incapacité à trouver des solutions adaptées à cette question sécuritaire alors que paradoxalement, la forte logistique en termes d’armes, d’avions de combat, de drones, etc. est impressionnante. Le même constat est valable pour les troupes de soldats étrangers mobilisés au sahel qui, de par leur présence, a consacré littéralement et intentionnellement la scission du territoire des pays du sahel (Mali, Burkina Faso, Niger) par les ‘’terroristes’’ », pouvait-on lire dans la déclaration du CASP.

Toute chose qui, consciencieusement, a incité « le Peuple Souverain du Mali face à l’échec de la force internationale occidentale, de former une solidarité avec ses gouvernants pour rechercher les solutions aux problèmes qui sont les siens ».
Pour le CASP, les sanctions égrenées par la CEDEAO lors de sa session du 9 janvier 2022 à l’encontre du Mali, s’analyse comme « un véritable projet de déstabilisation du Sahel » à l’image de la Lybie pour des intérêts géostratégiques inavouables.
Cependant, le Cadre note une attitude incompréhensible des hautes autorités de l’institution Africaine. A l’en croire, la persistance de la force internationale et les dirigeants de la CEDEAO pour organiser au plus vite des élections au Mali, en dépit de la volonté manifeste du Peuple qui souhaite au préalable le retour de la paix et de la sécurité, est un mépris du choix et une violation flagrante de la souveraineté du peuple Malien.
« La Lybie a été déstabilisée par cette même force internationale occidentale, et la conséquence directe est l’invasion ‘’terroriste’’ au Sahel pour une mainmise sur ses immenses ressources naturelles », clame le Cadre d’Actions.
C’est pourquoi le CASP s’inscrit dans l’ordre de bataille contre les sanctions infligées au Mali appelant les dirigeants de la CEDEAO à les sursoir et à accompagner le Peuple Malien dans sa quête de souveraineté et de recherche de solutions au problème sécuritaire dans tout le Sahel. L e CASP estime que seule la solidarité de tous les Peuples constitue de solutions au terrorisme gage de la liberté, de justice et de souveraineté.
Le Cadre d’Actions pour la Souveraineté des Peuples (CASP) est un regroupement d’organisation de la société, d’associations et de personnes ressources qui partagent comme valeur ultime le principe de Souveraineté des Peuples. Les actions de souveraineté visées sont entre autres la sécurité ; la monnaie et l’économie ; l’énergie et l’environnement ; les valeurs endogènes et l’identité culturelle.

 

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

Vous allez aimer lire ces articles

Ismaël KONDE, ancien collaborateur de Sékou TOURE, aux Maliens : « La liberté est chère… »

Le Mali se retire de l’organisation régionale G5 Sahel et de sa force anti-djihadiste

Le Mali se retire de l’organisation régionale G5 Sahel

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct