SONDAGE IEC 91,3% des Maliens favorables à un prolongement de la Transition

SONDAGE IEC 91,3% des Maliens favorables à un prolongement de la Transition Le peuple souverain du Mali accorde son soutien total aux autorités de la Transition. Selon un sondage réalisé par l’Institut Intelligence Economique Consulting (IEC), 91,3% des Maliens sont favorables à la prolongation de la transition.

La sortie du Premier ministre Choguel Kokalla Maïga lors des travaux de la 76e session de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies tenus à New York en est certainement pour quelque chose. Les Maliens sont de plus en plus solidaires des autorités de la Transition. Après sa sortie médiatique, la Transition malienne a été la cible des plus hautes autorités françaises qui ont vigoureusement réagi contre son discours aux Nations Unis par le canal de Florence Parly ministre des Armées et Jean Yve Le Drian ministre des Affaires Etrangères. Le président de la République française, Emmanuel Macron est allé plus loin en traitant la Transition malienne illégitime sur les ondes de RFI et France 24. Dans sa déclaration, Macron avait dit que la population n’est pas avec les autorités nées de deux coups d ’Etat. Comme pour démentir les propos du président français, un grand rassemblement organisé par le mouvement Yèrèwolo Debout sur les Remparts sur le Boulevard de l’Indépendance à Bamako avait regroupé des dizaines de milliers de Maliens pour soutenir nos Forces Armées et de sécurités (FAMas), les autorités de la transition et demander par la même occasion la prolongation de la transition au Mali. Dans le même registre, plusieurs autres marches et meetings ont été organisés dans la même veine à l’intérieur du pays, notamment : à Kayes, Sikasso, Ségou, Tombouctou, Koutiala et Kati, Dans la ville garnison, le mouvement ‘‘Yèrèwolo Débout sur les Remparts’’ est monté au créneau pour dénoncer la politique française en Afrique et plus précisément au Mali. Ses leaders ont réaffirmé leur soutien à l’arrivée prochaine des Forces russes sur le sol malien et à la prolongation du délai de la Transition. Lors de ce meeting les slogans scandés étaient entre autres, ‘’ France dégage’’, ‘’vivement l’arrivée de la Russie’’, ‘’oui pour la prolongation du délai de la transition’’, ‘’soutien total à l’Armée malienne’’. Ce meeting a vu la participation de plusieurs épouses et enfants de soldats tombés au front pour la défense de la patrie, des autorités coutumières, des jeunes leaders de plusieurs mouvements et associations de la ville garnison de Kati. Bref, le discours mémorable du Premier ministre Maïga et la riposte des dirigeants français ont galvanisé les Maliens. C’est ce qui ressort d’ un sondage réalisé par l’Institut Intelligence Economique Consulting (IEC) au sein de la population active. La majorité des Maliens seraient favorables à la prolongation de la Transition au Mali en cette période d’incertitudes. Selon le sondage de l’IEC sur la durée ou non du délai prévu, Il en résulte que la plupart des citoyens se seraient prononcés en faveur de la prolongation de cette transition.
La question soumise aux personnes interrogées était toute simple. « Etes-vous pour la prolongation de la Transition » ? Les couches sociaux-professionnelles concernées par ce sondage étaient des cadres du secteur formel, public et privé, les salariés de secteur public et privé, les travailleurs indépendants et autres secteurs informels, des chômeurs, des inactifs, des étudiants, des élèves, des personnes handicapées et des retraités. Parmi les personnes interrogées il y avait 5430 hommes et 5321 femmes. Il y a 4000 jeunes garçons et filles de la tranche d’âge de 18 à 25 ans ; 3000 personnes âgées de 25 à 34 ans ; 1550 âgées de 35 à 44 ans ; 1200 de la tranche d’âge de 35 à 44 ans ; 1001 personnes de 55 ans et plus. Sur un effectif total de 10751 personnes sondées, 9815 soit 91,3% ont répondu par l’affirmatif, c’est-à-dire favorable à la prolongation ; 692 soit 6,4% ont répondu négativement c’est-à-dire non favorable à la prolongation, et ceux qui se sont montrés neutres, c’est-à-dire sans avis, sont au nombre de 240 soit 2,4 %. Cette question de prolongation sera débattue pendant les assises nationales de refondation. Les Maliens sont désormais convaincus qu’après plus de 8 ans de présence étrangère dans leur pays personne ne viendra faire le Mali à la leur place ; que le Mali ne sera que ce que les Maliens veulent qu’il en soit. A cet effet, c’est à l’issue des assises nationales de la refondation (ANR) que les Maliens se prononceront sur la date des élections ou la prolongation de la transition, a fait savoir le Premier Ministre Dr Choguel Kokalla Maïga à nos partenaires.
Selon lui, ce délai de dix-huit mois de transition, a été fixée à partir de positions de principes. Mais la politique, c’est le réalisme. Il faut prendre en compte les exigences du peuple, comprendre ce qui l’a amené à se soulever contre le régime d’« IBK ». Le coup d’Etat du 18 août 2020 n’était pas un putsch classique. Les militaires ne sont pas sortis de leur caserne pour prendre le pouvoir : ils sont intervenus pour parachever la lutte d’un peuple qui s’est soulevé contre un régime gangrené par la corruption. Il faut trouver un début de solution à leurs revendications, mettre en place des réformes institutionnelles et politiques solides. Nous devons aussi faire en sorte de ne plus avoir des élections contestées qui pourraient aboutir à un nouveau soulèvement ou coup d’Etat.
A.M.NIANG
Source: Sphinx

Vous allez aimer lire ces articles

Attaque terroriste à Bandiagaea: un bilan de 31 morts, 17 blessés et le camion calciné

La jeunesse du Pays dogon dénonce le manque d’action efficace de l’armée

Trente-trois forains calcinés à Songho : L’horreur qui endeuille la nation

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct