Camp de formation des jeunes à Toukoto : Cinquante jeunes s’éloignent du chômage

C’est un secret de polichinelles. Au Mali les jeunes sont confrontés à un problème d’emploi. Il est quasi-impossible de trouver une famille sans son « jeune diplômé sans emploi ». Dans un tel contexte, toutes les initiatives heureuses sont les bienvenues. Du 10 juillet au 23 août 2014, cinquante jeunes maliens, à la faveur du camp de la jeunesse de Toukoto, seront formés dans trois corps de métiers : coupe et couture, mécanique auto et électricité.

Et, comme le jeu en valait la chandelle, Mamadou Gaoussou Diarra, ministre de la jeunesse et de la construction citoyenne et Mahamane Baby, ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, ont procédé le 17 juillet 2014, au lancement de la 9ème session de formation des jeunes à Toukoto. Le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, a rappelé que le Camp de formation des jeunes de Toukoto cadre parfaitement avec la volonté du Président de la République qui compte donner de l’emploi à 200 000 jeunes en 5 ans. Selon lui, l’emploi des jeunes commence par leur formation professionnelle. Et, c’est convaincu que l’organisation de cette 9ème session de formation des jeunes, marque le dynamisme du partenariat entre son département et celui de la jeunesse et de la construction citoyenne, le ministre Mahamane Baby dira que le camp est une opportunité pour la formation civique et professionnelle des jeunes et une alternative à la recherche d’emploi. Pour sa part, avant de se lancer dans la visite des ateliers, en compagnie de son collègue de l’emploi et de la formation professionnelle, Mamadou Gaoussou Diarra, ministre de le jeunesse et de la construction citoyenne, a rappelé qu’en décidant de créer un département ministériel consacré à la jeunesse, le Président  Ibrahim Boubacar Keita,  veut  apporter une réponse au déficit de civisme, de patriotisme et d’engagement citoyen constaté chez les populations maliennes en général et les jeunes en particulier. « Il est important de  revisiter un certain nombre de nos valeurs qui tendent à disparaitre afin d’inverser la tendance à travers la jonction harmonieuse et intelligible entre tradition et modernisme », a-t-il déclaré. Avant d’indiquer qu’il revient aux pouvoirs publics, encadreurs de jeunesse, aux leaders jeunes, aux leaders sociaux, politiques, religieux, coutumiers de prendre conscience de leur responsabilité à ramener les jeunes sur le chemin de la citoyenneté, d’éveiller en eux la conscience et de cultiver chez eux l’esprit du patriotisme, gage d’une participation véritable au développement socio-économique. Après avoir invité les cinquante jeunes à être assidu lors de la formation, le ministre a indiqué qu’ils recevront chacun un kit d’équipement qui va leur permettre de s’exercer, de s’installer et de faire les premiers pas dans la vie active. Il a rappelé aux formateurs leur lourde responsabilité pour parfaire en quelques semaines la formation de 50 jeunes qui ont déjà reçu des notions en électricité bâtiment, en mécanique auto et en coupe-couture lors de leur passage dans les camps de jeunesse. « Cette formation de consolidation n’est nullement au dessus de vos capacités et votre expertises déjà démontrés à d’autres occasions », a-t-il conclu.
Assane Koné

SourceLerepublicainmali

Vous allez aimer lire ces articles

UN APPEL À TÉMOINS…

Lettre à grand-père: Cher grand-père

Lettre à grand-père: Cher grand-père…

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct