Lettre à grand-père: Cher grand-père…

Qu’est-ce qui peut nous enseigner plus que la vie ? Plus que la Dame nature. Plus que Dieu, le Divin. Oui cette entité inconnue et inaccessible, incolore et intemporelle qui parle sans voix et sans bruit. Qui parle et qui n’a jamais cessé de nous parler. Qui nous parle à travers le tarot, la géomancie et les cauris. Qui nous parle dans ‘’l’istikar’’. Qui parle par les astres dans leur course. Et qui parle plus par les faits que les mots. Ha oui ! Cette entité qui ne parle qu’à ceux qui savent lire, écouter et comprendre. Qui parle à ceux qui savent aller au fort intérieur d’eux-mêmes dans le plus grand silence et par la plus grande science. Qui parle par des Lois. Qui châtie par le Karma et récompense par le Dharma.

Cher grand-père, je ne parlerais point d’Ogossogo du 23 mars 2019, 3 ans déjà et beaucoup de choses mais je te parlerais plutôt de ce hasard, cette coïncidence. Le 26 mars 1991 et le 26 mars 2022 ! Certes beaucoup diront que la Démocratie a 31 ans, mais moi je dirais plutôt : pourquoi ? Pourquoi elle a attendu la même date pour mourir au Mali ? Pourquoi cher grand-père ? Pourquoi la Charte qui nous donnait l’aspect d’une transition démocratique meurt exactement ce même jour du 26 mars après ses 18 mois. Pourquoi, la Charte périme le même 26 mars 2022 pour nous faire retourner tout bonnement à Moussa Traoré Double fois. Avec le colonel Assimi Goïta, Président du Mali et Choguel Kokalla Maïga Premier ministre. L’héritier politique et militaire. Pourquoi cette coïncidence ? Pourquoi, ce hasard ? Faut-il aller consulter encore le tarot pour savoir, ce que nous dicte ici, les astres dans leur course cyclique ?

Non ! Cher grand-père ! Non ! Le Karma a juste attendu 30 ans et 30 jours pour nous retourner au point de départ. La DICTATURE ! Car le départ de 1991 était faux. Il y avait plus d’avidité de pouvoir que d’idéal démocratique. Sinon comment écrire que les mêmes démocrates qui ont fait chuter le général Moussa Traoré en 1991 étaient repartis entre ceux qui ont fait chuter l’élu démocratique IBK le 20 août et ceux qui se sont tus devant sa chute. Ils étaient repartis entre l’action et l’inaction dans le même péché. La trahison de l’idéal démocratique. La trahison des Martyrs de 1991. Ils ont fuit le martyre là où d’autres ont donné leur vie. La Démocratie. L’alternance civilisée et consensuelle du pouvoir. Le changement dans la stabilité et la stabilité par le changement.

Cher grand-père, pour terminer cette 11ème lettre, je t’annonce que par finir, ce 26 mars 2022, la Démocratie nous a quittés à l’âge de 31 ans. Elle a fini par succomber aux coups et blessures des 22 mars 2012, 18 août 2020, 24 mai 2021 et ce 26 mars 2022 où la Charte démocratique de la Transition a pris fin. Même les coups de bottes des militaires, ce sont les coups de tête des démocrates qui l’ont tuée le plus.

Aux démocrates, aux magistrats, aux militaires, aux intellectuels, aux hommes de Droit et d’Etat, aux journalistes, aux grands hommes à tous ceux qui sont francs et savants. « Celui qui chevauche un cheval de bois, se leurre ». On le sait tous ! A mardi prochain. Inch’Allah !

Lettre de Koureichy

Mali Tribune

Vous allez aimer lire ces articles

« Parlons de l’Environnement » : la mairie du district annonce « Bamako sans voitures »

Mali : L’avocat Me Mamadou Gakou n’est plus

Huit Casques bleus de la Minusma blessés dans une explosion

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct