Les opérateurs économiques saoudiens et leurs homologues maliens s’accordent sur la nécessité d’organiser un forum économique. En visite de prospection et d’échanges avec les opérateurs économiques maliens autour de projets d’investissements publics et privés, les opérateurs économiques saoudiens ont fait part au Premier ministre du bilan de leur séjour, au cours de l’audience qu’il leurs a accordé le jeudi 16 janvier 2020. Ils ont sollicité son appui pour faciliter les investissements économiques et les échanges commerciaux entre les deux pays.

 

Au terme des discussions, le Directeur exécutif du Conseil des chambres de commerce et d’industrie saoudienne M. TurkiA.Almatroudi a invité le Premier ministre pour un Forum économique Mali-Arabie Saoudite, qui se tiendra à Riyad dans les semaines à venir. Entre autres projets soumis aux Saoudiens pour financement, la route Sévaré-Gao, le 4è pont de Bamako et un hôpital moderne.

La délégation était composée des membres du Conseil des chambres de commerce et d’industrie saoudiennes et du Fonds Saoudien pour le Développement, en présence du ministre de l’Industrie et du Commerce, Mohamed Ag Erlaf, de l’Ambassadeur de l’Arabie Saoudite au Mali et du Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali.

Cette visite officielle, la énième du genre depuis l’Indépendance du Mali, est celle d’insuffler une nouvelle dynamique aux relations bilatérales qu’entretiennent les deux pays amis et coreligionnaires.

Même si, les relations séculaires existant entre le Mali et l’Arabie Saoudite n’aient pas assez touché le domaine économique. La coopération était plus basée sur la religion. Le Mali est un pays à majorité musulmane. Ses rapports avec l’Arabie Saoudite sont surtout d’ordre religieux. De cette audience avec le PM,Il en ressort que la partie saoudienne est prête à appuyer le Mali dans les projets de plusieurs ordres.

L’Arabie Saoudite à travers son instrument privilégié, le Fonds saoudien, a renforcé sa politique d’aide au développement avec des financements sous forme de prêts concessionnels, de subventions ou de dons. C’est au terme de la visite effectuée par le ministre des Affaires étrangères et des Maliens de l’extérieur  en 1998  en  Arabie Saoudite que  nos deux pays se sont engagés pour le développement et le renforcement de leur coopération. Le domaine de coopération est multiforme et s’articule autour de plusieurs axes. Dans le domaine commercial, les deux pays sont membres fondateurs de la Chambre de commerce islamique. Dans le domaine de l’enseignement supérieur et de recherche scientifique, l’Arabie saoudite a accordé une aide financière de 400.000 riyals saoudiens au Centre islamique arabe de Mopti. Dans le cadre de l’aide au bénéfice des refugiés, le gouvernement saoudien a accordé à notre pays une enveloppe de 4 millions de dollars (2 milliards de Fcfa).

Dans le domaine agricole, le projet de développement intégré aval Manantali (PDIAM) est financé à hauteur de 15,39 milliards de Fcfa par le Fonds saoudien pour le développement (FSD).  Pour le projet de la plaine de Gombo visant à produire du riz et du sorgho par l’irrigation avec la maîtrise totale de l’eau sur un périmètre de 360 ha, le Fonds saoudien intervient dans les financements à hauteur de 2,384 milliards de Fcfa.

Dans le domaine des infrastructures routières, l’Arabie Saoudite a accordé à notre pays plusieurs appuis financiers dans le cadre de l’exécution et de la réalisation de projets de routes. Il s’agit de la de la construction du deuxième pont de Bamako « pont Fayad ». Dans le domaine de la santé, la partie saoudienne a accordé à notre pays la somme de 10 millions de riyals pour la lutte contre la propagation de la poliomyélite.

Le royaume saoudien a notamment octroyé la somme de 50.000 riyals saoudiens au profit de la bibliothèque de manuscrits Mama Haïdara de Tombouctou.

Cependant, il le niveau des relations politiques entre le royaume saoudien et le Mali est nettement en deçà du potentiel que notre pays pourrait tirer de cette coopération.

Mahamadou YATTARA

[email protected]