Edito : La déchirure profonde de l’ADEMA

En politique tout est possible. Ce n’est point le domaine de l’impossible.  L’ADEMA, le parti au pouvoir depuis 1992, avec l’ère démocratique qui a permis à Alpha Oumar Konaré, le fils de l’enseignant et de la ménagère, d’être le premier Président démocratiquement élu, a miné la classe politique malienne par des méthodes et des comportements amoraux.

chahana-takiou

Les coups bas, les trahisons, le retournement de vestes, ont été monnaie courante au cours des décennies écoulées. Le Président Konaré avait été le premier à donner le ton, en déclarant que son candidat porterait le même maillot que lui, avant de changer non seulement  le maillot mais aussi les crampons. Au vu et au su de tout le monde, il a soutenu ATT contre Soumaïla Cissé, alors candidat de l’ADEMA.

Ibrahima N’Diaye, Vice – président de l’ADEMA à l’époque, a formé avec d’autres le groupe dit des Dix pour faire échouer Soumaïla Cissé au profit d’ATT.

Nous faisons l’économie des nombreux coups bas entrepris depuis l’accession de l’ADEMA au pouvoir, lesquels ont occasionné les départs de feu Mohamed Lamine Traoré, qui a fondé le MIRIA, d’Ibrahim Boubacar Keïta, qui a créé le RPM, de Soumaïla Cissé, qui a ensuite porté sur les fonts baptismaux l’URD.

Soumeylou Boubèye Maïga, longtemps au service d’Alpha Oumar Konaré, a également pris ses distances vis-à-vis de l’ADEMA, en concevant une nouvelle formation politique,  dénommée ASMA – Convergence des Forces Patriotiques.

Aujourd’hui, avec le second tour de la présidentielle qui opposera IBK (39,2%) à Soumaïla Cissé (19,4%), on assiste à un gros remue – ménage au sein de l’ADEMA. Aucun observateur averti n’a été surpris par les évènements en cours. On s’attendait à ce qu’Ibrahima N’Diaye tourne la veste, comme il sait si bien le faire, mais il est resté, pour une rare fois, loyal. Parce qu’il joue son va-tout.

Le jeune candidat de l’ADEMA, Dramane Dembelé (9,59%), a été trahi par les cadres de son parti et plusieurs membres du Comité exécutif, qui jouaient un double jeu soit avec IBK, soit avec Soumaïla Cissé, au détriment du porte-étendard du parti. Il n’est donc pas étonnant qu’il ne soit pas sur la même longueur d’ondes qu’Ibrahima N’Diaye, lequel veut imposer son leadership dans la Ruche. Alors que Dramane Dembelé également compte en être le maitre.

 

Cette contradiction fondamentale explique pourquoi Dramane a appelé à voter IBK contre l’avis d’Iba N’Diaye, qui dirige actuellement le parti. C’est une guerre de positionnement, une question d’intérêt politique.

Mais le mal est très profond et remonte à Alpha Oumar Konaré, qui a enseigné dans la Ruche les coups bas, la trahison et l’intérêt partisan, voire égoïste, au dessus de tout.

Chahana Takiou

Vous allez aimer lire ces articles

Tensions entre le Mali et la France : Le gouvernement malien invite Florence Parly « à plus de retenue »

Mali : « La CEDEAO note qu’elle n’a pas été consultée sur une proposition de calendrier pour les élections »

FACE AUX INVECTIVES À SON ENCONTRE SUITE AUX SANCTIONS PRISES CONTRE LE MALI, LA CEDEAO RAPPELLE ET S’EXPLIQUE: « La posture des Autorités de la Transition Militaire laisse clairement entrevoir une volonté de se maintenir au pouvoir pendant une durée de plus de 5 ans. »

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct