Assises: Une femme mariée punie de 3 ans d’emprisonnement pour infanticide !

Elle s’appelle Aïssa Diakité, mariée et âgée de 28 ans. Pour infanticide sur l’enfant qu’elle a eu d’une relation extraconjugale, elle a pris pour 3 ans d’emprisonnement le jeudi 18 mars dernier devant la Cour d’Assises de Bamako, au compte de sa 1ère session de l’année 2021.

La jeune dame Aïssa est originaire de Diebe, cercle de Dioïla. Pour s’épargner de la honte à la place publique, elle a ôté la vie à sa nouvelle-née dans les toilettes de sa belle-sœur au quartier Sokoura-Nord à Dioïla. Une enfant conçue d’une relation charnelle extraconjugale d’où son inculpation et sa détention depuis le 19 décembre 2018.

Les faits :

Le 12 décembre 2018, Aïssa Diakité débarquait chez sa belle-sœur Djominè dite Chatta Mallé à Dioïla au quartier Sokoura-Nord. Elle a été accueillie par cette dernière et sa fille Fatoumata Diarra, lesquelles après les salutations d’usage, lui offraient le diner et lui proposèrent de dormir dans la même chambre que Fatoumata Diarra, sa nièce. Ainsi, pendant qu’elles dormaient, l’étrangère (Aïssa Diakité) s’est réfugiée dans la cour de la concession à une heure avancée de la nuit. Ayant constaté son absence, Fatoumata vérifiait dans la cour où se retrouve assise sa tante Aïssa. Et à sa question de savoir si elle allait bien, Aïssa a manifesté d’être juste souffrante d’une diarrhée et qu’elle en profite pour prendre de l’air après s’être soulagée.

Rassurée par les réponses de sa tante, Fatoumata est retournée se coucher dans sa chambre. Mais quelques temps après, elle entendit jusqu’à quatre reprises des cris de bébé. Immédiatement, prise par la peur, cette dernière s’est dirigée vers la chambre de sa mère et la réveilla. Ensemble, les deux se rendaient dans la cour de leur maison où l’étrangère (Aïssa Diakité) y était toujours assise. Elles lui ont posé la question de savoir si elle n’avait pas entendu des cris de bébé. En retour, l’accusée a répondu par la négative. Au regard des soupçons que lui portaient Djominè dite Chatta Mallé et sa fille Fatoumata Diarra, elle (Fatoumata Diarra) a allumé la lumière de son téléphone portable et constate avec sa maman les traces de sang à travers les jambes de leur invitée.

Puis, elles se sont rendues dans les toilettes où elles constataient encore des traces de sang laissant croire qu’un nouveau-né avait été abandonné dans la fosse septique. Aussitôt, Fatoumata Diarra se rendit au commissariat de police de Dioïla pour dénoncer les faits. Ainsi, le lendemain, le corps du nouveau-né a été découvert dans les toilettes après démolition.

De ce fait, tant à l’enquête préliminaire que devant le Magistrat Instructeur, l’inculpée a reconnu les faits. Ses justificatifs étaient que son mari l’a abandonné pour se rendre à Bamako depuis 6 ans. Qu’elle a donc eu des relations extraconjugales avec d’autres hommes, en plus, qu’il lui est arrivé de tomber enceinte d’un premier enfant qui n’est pas de son époux. Aussi, que la dernière grossesse qu’elle portait était la 2ème qui n’était pas encore de son conjoint. Animée d’un sentiment de honte et d’indignité, qu’elle a dû quitter le village pour se rendre à Dioïla dans l’optique de se débarrasser de ladite grossesse. Mais malheureusement, elle était trop avancée et l’enfant est né vivant. Cependant, après quelques cris, l’enfant étant une fille s’est tue et qu’elle a conclu qu’elle n’était plus en vie. Néanmoins que son intention a été de s’en débarrasser, l’accusée explique qu’elle a été soulagée de penser que le bébé était déjà sans vie au moment où elle réalisait son projet malsain .Ce qu’elle ne sait pas cependant est qu’en droit, l’intention vaut l’action.

Le jeudi 18 mars, Aïssa Diakité a comparu à la barre de la Cour d’Assises pour infanticide où elle en est sortie avec 3 ans de prison. Une peine qu’elle purgera le 19 décembre prochain.

Par Mariam SISSOKO

Vous allez aimer lire ces articles

États-Unis : Bo, le chien de Barack Obama est mort

Deux gardes forestiers tués dans l’attaque du poste de Nana Kéniéba (Siby)

Samè : Il est poignardé à mort à cause de son dû de 1000F !

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct