Falsification de documents administratifs et commerciaux : Le commissariat du 6è arrondissement alpague des faussaires, la justice les libère

Le phénomène de falsification des documents administratifs (diplômes, certificats de visite technique des véhicules, quittances du Trésor Public, attestions d’assurances, cartes grises des véhicules, permis de conduire, reçus d’encaissement de prime, certificats de nationalité malienne, certificats de non impositions…) devient de plus en plus inquiétant. En effet, après les éléments du Commissariat de police du 3ème arrondissement, ceux du 6ème arrondissement, dirigé par le Commissaire divisionnaire de police Oumar Dembélé, viennent de démanteler un vaste réseau spécialisé dans la confection de faux documents administratifs.

De sources policières, suite à une plainte déposée au niveau du Commissariat de police du 6ème arrondissement relative à l’existence d’un réseau de falsification de carte grise, le Commissaire divisionnaire Oumar Dembélé, en charge du 6ème arrondissement, a ordonné l’ouverture d’une enquête pour faire toute la lumière sur cette affaire.

Ainsi, à la suite d’investigations, les éléments de la Brigade de recherches ont pu interpeler un premier suspect du nom de Cheick Oumar Coulibaly, déclarant en douane de son état. Des investigations plus poussées ont permis de dénouer cette affaire. Ainsi, il ressort des enquêtes que ce dernier agissait en tandem avec Mory Diakité, coursier à l’Office national des transports (ONT) et Kouamé N’Gonan Habib, de nationalité ivoirienne et présumé cerveau de la bande car c’est lui qui avait “l’expertise” dans la falsification des documents.

Une perquisition au domicile de Kouamé N’Gonan Habib a permis aux enquêteurs de trouver du matériel informatique et plusieurs faux documents, notamment 14 certificats de visite technique, cinq quittances du Trésor Public, 13 attestions d’assurances Sunu, 40 cartes grises, deux cartes grises provisoires, 11 permis de conduire, huit reçus d’encaissement de prime Saham, 11 attestations d’assurance, un certificat de nationalité malienne, 37 certificats de non-imposition, un certificat de contrôle technique, un laisser-passer de la Présidence de la République du Mali, une vignette auto, une facture de la Quincaillerie Almamy Cissé, une procuration notariée de M. Gaoussou Diawara, deux déclarations de mise en circulation, neuf extraits d’actes de naissance, six diplômes, des cartes d’identité fiscale et des fiches d’immatriculation pour la carte grise.

Après les enquêtes préliminaires, le dossier a été transféré devant le parquet du Tribunal de grande instance de la commune I, le vendredi 19 mars 2021, aux fins de droit.

A notre surprise générale, nos radars installés sur la tour du Tribunal de la commune I détectent que le magistrat en charge du dossier a tout simplement libéré les personnes impliquées dans cette affaire de falsification, au grand dam des braves policiers qui risquent souvent leur vie pour arrêter les délinquants. Seuls Dieu et le magistrat en question peuvent nous dire les conditions de cette libération parce qu’il y avait effectivement matière à poursuivre surtout avec tous ces documents saisis. A quand donc la fin de l’impunité pour mettre fin à ce genre de d’affaires ? C’est un secret de polichinelle que les activités criminelles de cette bande, en plus de porter le discrédit sur les documents administratifs, constituent aussi un manque à gagner important pour le Trésor public.                                                  

Boubacar PAÏTAO

Source: Aujourd’hui-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

États-Unis : Bo, le chien de Barack Obama est mort

Deux gardes forestiers tués dans l’attaque du poste de Nana Kéniéba (Siby)

Samè : Il est poignardé à mort à cause de son dû de 1000F !

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct