Elisabeth Borne nommée Première ministre par Emmanuel Macron

Ne dites plus monsieur le Premier ministre, mais madame la Première ministre. Après trois semaines de consultations tous azimuts, Emmanuel Macron a finalement décidé de désigner Elisabeth Borne pour diriger le nouveau gouvernement, a fait savoir l’Elysée dans un communiqué laconique ce lundi. L’ancienne ministre du Travail du président réélu remplace ainsi Jean Castex, qui avait présenté sa démission plus tôt dans la journée après un peu plus de 22 mois à la tête du gouvernement.

C’est seulement la deuxième fois depuis le début de la Ve République en 1958 qu’une femme est nommée à Matignon, après Edith Cresson, qui y est restée moins de 11 mois, de mai 1991 à avril 1992, durant le second septennat de François Mitterrand. En 2017, avant sa première élection, Emmanuel Macron expliquait que sa préférence allait vers la nomination d’une femme pour diriger le gouvernement. Tout cela pour finalement choisir Edouard Philippe, puis Jean Castex en juillet 2020.

Ancienne de gauche et familière des questions environnementales
Avant d’entrer au gouvernement en 2017 – d’abord aux Transports, puis à la Transition écologique, avant de s’installer au ministère du Travail –, Elisabeth Borne a fait ses armes auprès de socialistes. Un argument de poids pour Emmanuel Macron qui, après avoir gâté la droite souhaitait mettre un coup de barre à gauche. Diplômée de Polytechnique, elle a multiplié les expériences en ministères en tant que conseillère à partir des années 90. Un temps auprès de Lionel Jospin et Jack Lang à l’Education nationale, puis au côté de Ségolène Royal, dont elle devient la directrice de cabinet au ministère de l’Ecologie de 2014 à 2015. Ancienne de gauche et familière des questions environnementales, Borne cochait plusieurs des cases du portrait-robot de futur Premier ministre présenté par Emmanuel Macron dans la foulée de sa réélection. Lors de son premier déplacement à Cergy, dans le Val-d’Oise, le chef de l’Etat affirmait qu’il choisirait «quelqu’un qui est attaché à la question sociale, à la question écologique et à la question productive».

 

Durant le quinquennat, Elisabeth Borne s’est vu confier plusieurs grandes réformes. C’est elle par exemple qui, alors ministre déléguée aux Transports, a conduit l’épineuse réforme de la SNCF, entraînant l’ouverture à la concurrence du ferroviaire en 2018 à l’origine de nombreuses grèves. En remplaçant Muriel Pénicaud au ministère du Travail en 2020, elle récupère la volcanique réforme des retraites, qui sera finalement reportée sine die. Qu’elle devrait donc avoir à porter – dans une version remaniée – dans les prochains mois. Jean-Luc Mélenchon, qui n’a même pas attendu l’officialisation de la nomination d’Elisabeth Borne, parle déjà d’«une nouvelle saison de maltraitance sociale».

Par Liberation

Vous allez aimer lire ces articles

Russie : Wagner, Prigojine et la (tardive) reconnaissance en paternité

Fusillade dans une école en Russie : 15 morts dont neuf enfants et plusieurs blessés

Quête de justice de Bouare Fily Sissoko : Quel sens donné à la réconciliation prônée par Assimi Goïta ?

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct