Emmanuel Macron veut une « accélération massive » sur le renouvelable

Le chef de l’Etat a accusé, jeudi, à Saint-Nazaire, le retard français et a appelé à « aller deux fois plus vite » dans le déploiement des énergies renouvelables. Il entend aussi accélérer le lancement de nouveaux réacteurs nucléaires.

Les pales de la taille d’un Airbus tournoient au bout de 80 mats blancs, au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), à 15 kilomètres des côtes. La navette qui embarque Emmanuel Macron et sa délégation, jeudi 22 septembre, paraît petite au milieu de cette forêt d’acier en mer, le premier parc éolien offshore français. Il aura fallu quatorze ans et quatre mandats présidentiels pour qu’un chef de l’Etat puisse enfin l’inaugurer. « Un jour heureux ! », a célébré Emmanuel Macron. Avant d’admettre, mezza voce, qu’« à l’échelle d’une mandature, c’est quelque chose de terriblement frustrant » de lancer un projet sans en voir les fruits. En janvier 2011, Nicolas Sarkozy était venu ici annoncer la conquête de l’éolien offshore, décantée au Grenelle de l’environnement de 2008, et la construction de navires Mistral alors promis à la Russie.

Le chef de l’Etat a repris le fil de son discours de Belfort, qui campait, le 10 février, une stratégie énergétique sur trois piliers – sobriété, renouvelable, nucléaire. Une politique qu’il considère « validée par la guerre en Ukraine » et son cynique corollaire, le chantage de Vladimir Poutine au gaz russe. « La clé en matière d’énergie, c’est la diversification », répète-t-il depuis son virage nucléaire. Satisfait d’un choix de souveraineté pourtant loin d’être concrétisé, il veut désormais « aller deux fois plus vite » dans le déploiement des énergies renouvelables.

Mais le « jour glorieux » masque mal le mur qui se dresse encore devant lui. Pour espérer couvrir des besoins en électricité qui bondiront « massivement » de 40 %, Emmanuel Macron maintient le cap : détenir une cinquantaine de parcs éoliens en mer d’ici à 2050. Une puissance de 40 gigawatts à portée de chantiers. Mais la France a pris un retard phénoménal. Le chef de l’Etat n’a pu que constater, à trois reprises, que « nos voisins vont beaucoup plus vite ». A côté des 81 éoliennes en mer françaises, la Belgique en possède 400, le Danemark, 630, l’Allemagne, 1 500, et le Royaume-Uni, 2 500… L’ambition tricolore pour 2050 est donc de rejoindre le niveau britannique actuel.

Lenteurs et récalcitrants

Pendant ce temps, la technologie avance au galop. Le parc commandé il y a dix ans (6 mégawatts) n’est plus à la pointe de l’innovation (14 mégawatts). « En 2011, nous étions sur l’avant de la vague. Maintenant, on est en arrière, même si ça reste une Ferrari », admet Olivier de la Laurencie, directeur du parc éolien de Saint-Nazaire. Impossible de tout recommencer. « Ce n’est pas comme une ampoule à changer », ironise Franck Louvrier, maire de La Baule. Pourquoi un site offshore éclôt-il en cinq ou six ans dans les pays voisins, contre dix ans en France ? La faute aux lenteurs et aux récalcitrants, a renvoyé le chef de l’Etat. Et notamment aux « recours dilatoires ». Un problème dans un monde compétitif.

Il vous reste 61.86% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source: Le Monde

Vous allez aimer lire ces articles

La France tente de manipuler l’opinion publique sur l’approvisionnement des céréales

Sommet des dirigeants USA-Afrique : L’instant de la « reconfiguration des relations »

Afrique – États-Unis : ce que l’administration Biden pourrait mettre en place avec l’Afrique

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct