Sayf al-Adl : que savons-nous du probable “prochain chef” d’Al-Qaïda ?

La mort du chef d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, dans une attaque de drone américaine dans la capitale afghane, Kaboul, a naturellement attiré l’attention sur l’identité de celui qui pourrait désormais prendre la tête de l’organisation terroriste interdite.

 

Sayf al-Adl, né en Égypte, semble être le candidat le plus probable. Il est le seul survivant d’un groupe de cinq vétérans d’Al-Qaida, autrefois désignés comme adjoints d’Al-Zawahiri, et désormais considérés comme les plus susceptibles de lui succéder.

Mais il pourrait y avoir un problème.

On pense généralement qu’Al-Adl vit actuellement sous restrictions en Iran, un pays qu’Al-Qaïda considère comme un ennemi acharné.

Un vétéran djihadiste

Membre fondateur d’Al-Qaïda et lieutenant de confiance d’Oussama Ben Laden, Al-Adl est un personnage mystérieux – et un vétéran vénéré de la cause jihadiste.

Il présente un intérêt certain pour les autorités américaines : il figure sur la “liste des terroristes les plus recherchés” du FBI, avec une récompense de 10 millions de dollars pour toute information sur sa localisation.

En quoi les talibans, l’État islamique et Al-Qaïda sont-ils différents ?

Il est accusé d’avoir participé aux attentats simultanés contre les ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya en août 1998, qui ont tué plus de 220 personnes.

Mais il se serait également opposé aux attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington.

Dans un document datant de février 2021, des chercheurs de l’Académie militaire américaine, connue sous le nom de West Point, ont affirmé qu’al-Adl et d’autres hauts responsables d’al-Qaïda craignaient – avec beaucoup de perspicacité – qu’une attaque de grande envergure sur le sol américain ne provoque une réponse musclée pouvant inclure une invasion de l’Afghanistan, alors refuge des agents d’al-Qaïda.

Par le passé, Al-Adl a écrit de nombreux articles sur un large éventail de sujets, dont la “sécurité et le renseignement”, la guerre et les révolutions.

Premières années

Les informations sont beaucoup plus rares sur la vie du prochain chef potentiel avant Al-Qaida. Selon le FBI, al-Adl est né soit le 11 avril 1963, soit trois ans plus tôt.

Malgré son statut au sein d’Al-Qaida, il a gardé un profil bas et n’a pratiquement pas été mentionné dans la propagande du groupe.

Il existe également des doutes quant à sa véritable identité ; son nom Sayf al-Adl (épée de la justice en arabe) est probablement un nom de guerre.

Des chercheurs de West Point affirment qu’al-Adl est souvent identifié par erreur comme Mohammed Ibrahim Makkawi, un ancien colonel des forces spéciales égyptiennes.

Sur les pas de Daesh à Tora Bora

Il est connu pour avoir combattu l’occupation soviétique de l’Afghanistan dans les années 1980 aux côtés de Ben Laden, à peu près à l’époque de la création d’Al-Qaïda.

Al-Adl s’est ensuite rendu en Somalie, où il a contribué à former des militants luttant contre l’intervention américaine dans la guerre civile somalienne.

Cette campagne est devenue célèbre en raison de l’incident au cours duquel deux hélicoptères américains MH-60 Black Hawk ont été abattus par des roquettes à Mogadiscio, qui a fait l’objet de la superproduction hollywoodienne de 2001, Black Hawk Down.

On pense que l’une des roquettes a été tirée par un membre tunisien de l’équipe d’Al-Adl.

Al-Adl est retourné en Afghanistan au milieu des années 90, au moment où les Talibans consolidaient leur contrôle du pays. Il est reparti peu après l’invasion américaine de 2001 et a conduit une cohorte d’agents d’Al-Qaïda en Iran via un réseau de maisons sécurisées.

Il aurait été arrêté par les autorités iraniennes en 2003 et aurait été libéré avec plusieurs autres membres d’Al-Qaïda lors d’un échange de prisonniers 12 ans plus tard.

Attentats du 11 septembre: retour sur les faits

Malgré son incarcération prolongée, al-Adl est resté une figure influente au sein d’al-Qaeda et a contribué à consolider la position d’al-Zawahiri en tant que leader après la mort de Ben Laden par les forces spéciales américaines au Pakistan en 2011.

Cependant, son propre couronnement pourrait s’avérer plus délicat : l’expert américain en terrorisme Colin P. Clarke affirme qu’al-Adl est toujours en Iran, vivant en “semi-arrêt”.

Cela pourrait compromettre son ascension.

Non seulement il est presque impensable qu’il puisse diriger efficacement un groupe djihadiste mondial tout en vivant sous restrictions dans un État chiite, mais il y a aussi la question de la sécurité.

Un autre membre d’Al-Qaïda très en vue, Abu Muhammad al-Masri, a été tué à Téhéran en 2020 lors d’une opération secrète présumée des commandos israéliens.

Si ce n’est pas al-Adl, alors qui ?

La liste des autres candidats est courte étant donné que de nombreuses personnalités d’Al-Qaïda ont connu le même sort que Zawahiri au fil des ans.

Il est possible qu’Al-Qaïda se tourne vers l’un des chefs de ses affiliés régionaux en Somalie (Al-Shabab), au Yémen (AQAP) ou au Mali (JNIM) pour prendre le contrôle.

Comment le “cerveau du 11 septembre” a glissé entre les doigts du FBI?

Si cela serait sans précédent, ce n’est peut-être pas une surprise majeure pour une organisation qui s’est de plus en plus décentralisée sous Zawahiri.

En 2013, le chef d’AQMI, Nasir al-Wuhayshi, aurait été nommé adjoint de Zawahiri. Cela pourrait suggérer que les dirigeants régionaux sont en lice pour des rôles de direction centraux – mais pas al-Wuhayshi lui-même, car il a été tué dans une attaque de drone américaine en 2015.

Celui qui sera choisi pour succéder à Zawahiri sera confronté à la même difficulté de devoir garder un profil bas de peur d’être ciblé par les États-Unis.

Source : BBC Afrique

Vous allez aimer lire ces articles

Poutine : les habitants des quatre régions rejoignant la Russie seront «nos citoyens pour toujours»

L’Ukraine va demander formellement son «adhésion accélérée à l’OTAN», annonce Zelensky

Khaby Lame, icône mondiale

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct