«Signe de faiblesse», «aveu d’échec» : les Occidentaux réagissent à l’allocution de Vladimir Poutine

L’annonce d’une mobilisation partielle faite par Vladimir Poutine a suscité des commentaires goguenards de la part du Royaume-Uni et des Etats-Unis, qui y voient un «signe de faiblesse, de l’échec russe». Berlin s’inquiète d’une «escalade».

 

Quelques minutes après l’annonce par le président russe de la «mobilisation partielle» de la population russe ce 21 septembre, le ministre de la Défense britannique Ben Wallace a réagi dans un communiqué estimant qu’il s’agissait là d’un «aveu de l’échec de son invasion».

«Aucune menace ni propagande ne peut cacher le fait que l’Ukraine est en train de gagner cette guerre […] et que la Russie est en train de devenir un paria mondial», a-t-il en outre jugé dans son communiqué.

Sur le réseau social Twitter, l’ambassadrice américaine en Ukraine Bridget Brink a tenu des propos similaires. «Des simulacres de référendums et une mobilisation sont des signes de faiblesse, de l’échec russe», a-t-elle écrit, tout en assurant que les Etats-Unis allaient continuer à «soutenir l’Ukraine aussi longtemps qu’il le faudra».

Pour Peter Stano, porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, l’annonce de Vladimir Poutine serait un «un nouveau signe de son désarroi» autant qu’un «signal clair» à la communauté internationale durant la semaine de l’Assemblée générale des Nations Unies «de sa volonté de poursuivre sa guerre destructive qui a des conséquences négatives dans le monde entier».

«Avec la mobilisation partielle, la Russie pratique une politique d’escalade de cette guerre d’agression en violation avec le droit international. C’est une étape grave et néfaste que nous condamnons fermement», a de son côté réagi le vice-chancelier allemand, Robert Habeck.

300 000 réservistes sur un potentiel de mobilisation d’environ 25 millions de personnes

Le président russe Vladimir Poutine s’est exprimé ce 21 septembre dans un message à la nation, annonçant une «mobilisation partielle» en Russie dans le cadre de l’opération militaire menée depuis le 24 février en Ukraine. «Seuls les citoyens qui sont actuellement dans la réserve et, surtout, ceux qui ont servi dans les forces armées, ont certaines spécialités militaires et une expérience correspondante, seront soumis à l’appel pour servir sous les armes», a-t-il ajouté.

Le ministre de la Défense Sergueï Choïgou a précisé que 300 000 réservistes allaient être appelés sur un potentiel de mobilisation d’environ 25 millions de personnes. Ces renforts seront déployés pour consolider et contrôler les lignes arrières, le long d’«une ligne de front qui s’étend sur plus de 1 000 kilomètres» dans le sud et l’est de l’Ukraine, a détaillé le ministre, commentant une décision qui intervient alors que les forces ukrainiennes ont lancé une contre-offensive en septembre.

«L’opération militaire spéciale» vise, selon Moscou, à «démilitariser» et «dénazifier» l’Ukraine ainsi qu’à venir en aide aux populations du Donbass bombardées par les forces ukrainiennes. Kiev et ses alliés dénoncent quant à eux une guerre d’invasion. Depuis le début du conflit, Moscou et Kiev se sont accusés réciproquement de crimes de guerre à de multiples reprises.

Source : RT France 

Vous allez aimer lire ces articles

Emmanuel Macron parie sur le réforme des retraites pour renouer avec son ambition réformatrice

Emmanuel Macron veut une « accélération massive » sur le renouvelable

Au Conseil de sécurité de l’ONU, la Russie seule contre tous

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct