Hamadoun O Bocoum, Directeur des Grandes Entreprises et des Institutionnels de la BNDA : « La BNDA finance tout type de projet industriel …»

La Banque Nationale de Développement Agricole (BNDA) était présente au salon international de l’Industrie du Mali. Nous avons posé quelques questions son Directeur  des Grandes Entreprises et des Institutionnels,  Hamadoun  O Bocoum.  Il nous a fait savoir que la  « Banque  Verte »  participe au développement de  l’industrie  malienne.

Le Challenger : M. le Directeur des Grandes Entreprises et des Institutionnels, quel est l’apport de la BNDA dans le secteur industriel au Mali ?

Hamadoun  O Bocoum : Pour nous, le secteur industriel est le moteur de développement d’un pays. Tous les pays qui prétendent  à l’émergence, cherchent à  augmenter  leur produit intérieur à travers ce secteur que représente  l’activité industrielle. Dans ce cadre, la BNDA est une actrice importante. Nous finançons tout type de sociétés industrielles. Quand je dis tout type de sociétés industrielles, il faut  quand même que les  sociétés  en question respectent certaines de nos conditions, qui ne sont pas assez contraignantes. Mais, il  y a ce que l’on appelle la responsabilité  sociétale et environnementale qui nous tient à cœur.

Qu’est-ce que nous entendons par ce concept ?

C’est que les sociétés que nous finançons, nous devrions être sûrs qu’elles respectent ces politiques. Ça n’est pas quelle que chose qui est liée à la BNDA mais  c’est environnemental et sociétal. Par exemple,  une société qui fait travailler les enfants,  naturellement vous voyez l’image qu’elle donne. Ou une société qui fait des produits chimiques, c’est nocif  pour la santé des populations ou des produits qui détériorent  l’environnement. Nous attachons de l’importance à ces aspects. Mais  nous n’avons pas d’exception de financement. Nous sommes présents dans tout le sous-secteur de l’industrie.

Comment les sociétés industrielles peuvent obtenir les crédits ? Est-ce que vous avez la latitude de les encadrer dans l’élaboration de leur projet ?

A la BNDA,  généralement c’est le projet en question. Souvent,  il y a des sociétés qui se plaignent  que les  garanties  exigées  par les banques sont compliquées. Nous à la BNDA, nous regardons ce que l’on appelle le Business plan, le projet. S’il est bancable, nous le finançons. Mais s’il ne respecte pas  nos conditions, nous faisons des suggestions. La banque, ce n’est pas seulement le financement. C’est aussi des Conseils. Ce rôle de conseiller, nous le faisons avec les sociétés. Si le business plan n’est pas conforme avec nos  conditions, nous prodiguons des conseils.

A la BNDA, avez-vous une limite de financement ?

Nous n’avons pas de limite de financement. Mais nous exigeons l’apport personnel. Il ne représente que 30 % du montant en moyenne. Et la banque prend en charge les 70%. Notamment si vous amenez un projet d’un milliard, il faut que vous mettiez la main dans la poche.

Propos recueillis par Gaoussou Madani Traoré

 

Source: lechallenger

Vous allez aimer lire ces articles

DR MARIAM TALL, DIRECTRICE DE CATHOLIC RELIEF SERVICES « Bientôt, des moustiquaires imprégnées de 2ème génération pour la population malienne »

« Une carte vaut mieux que mille mots »

Mali : une initiative appelle à la levée de l’embargo

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct