Interview du Directeur des programmes et du plaidoyer de WaterAid Mali a propos des boues de vidange : « fédérer les efforts déployés par les acteurs… » Dixit M Alassane Maiga

Avec un peu plus de 2 millions de personnes qui y vivent la capitale du Mali Bamako à l’instar de la quasi-totalité des autres villes du pays, ne dispose d’aucunes installations modernes de traitement des boues de vidange (stations). C’est dans un tel contexte que les acteurs de ce secteur dans notre pays ont mis en place, il y a 2 semaines, une plateforme pour fédérer les actions en vue de meilleurs résultats. C’est de cette plateforme que nous parle M Alassane Maiga, il a participé à l’ensemble du processus et connais bien la problématique de la gestion des boues de vidange dans notre pays, suivez ses propos sur une question aussi fondamentale que celle de la gestion des boues de vidange.

 

ZENITH-BALE : Vous êtes un partenaire essentiel de la problématique de gestion des boues de vidange, comment expliquer vous la mise en place d’une nouvelle plateforme pour cette question ?

M MAIGA : Effectivement il y a de cela 2 semaines nous avons mis en place une nouvelle plateforme nationale de gestion des boues de vidange avec l’ensemble des acteurs à savoir : l’association des vidangeurs, la société civile, les PTF, les ONG, les services techniques… Cette plateforme, c’est vraiment contribuer à la bonne gestion des boues de vidange à Bamako, mais aussi dans tout le pays, car la préoccupation est nationale. Cette nouvelle plateforme va contribuer à renforcer la gestion des boues de vidange en ressemblant les efforts avec une bonne coordination. Elle est pilotée par la société civile avec la contribution de l’ensemble des acteurs.

ZENITH-BALE : Comment expliquer vous à ce jour, qu’une ville comme Bamako ne dispose d’un embryon de station de traitement de boue de vidange, avec plus de 2 millions de personnes ? 

M MAIGA : la question est importante et elle taraude les esprits, en effet depuis des années des tentatives ont lieu pour tenter d’apporter une réponse adéquate à cette question fondamentale mais elles sont restées vaines. Il y a la station de Sotuba qui traite des boues de vidange des unités industrielles, mais les boues de vidange de façon générale, il n’y a pas une station qui traite les boues de vidange des ménages de façon spécifique, cela n’existe pas encore. Une tentative avait bien démarré, ou un site avait été trouvé à Samanko, mais très vite des difficultés ont mis fin à cette tentative à cause de plusieurs facteurs de blocage. C’est justement l’importance de la question qui nous a insisté, à impulser la mise en place de cette nouvelle plateforme, pour fédérer les énergies déployées par l’ensemble des acteurs pour des résultats probants. C’est un début pour que les gens travaillent ensemble, car les gens étaient dispersés, éparpillés, chacun de son coté, alors il s’agissait de rassembler les acteurs pour prendre une direction unique et permettre à l’ensemble des acteurs d’avancer dans la même direction, avoir un objectif commun, à savoir une gestion adéquate des boues de vidange. Avec l’appui de tout, surtout des PTF, aller vers un plaidoyer fort, faire en sorte que l’Etat prenne ses responsabilités, en mettant à disposition un site approprié pour traiter avec convenance les boues de vidange. La plateforme n’est pas une fin en soi mais, c’est un bon début pour aller vers des solutions adéquates qui soulagent les peines des populations.

ZENITH-BALE : En tant que PTF quel va être votre rôle au sein de cette nouvelle plateforme ?

M MAIGA : notre rôle au sein de cette nouvelle plateforme va être d’accompagner, pas seulement de façon financière, mais aussi de façon technique et jouer surtout un rôle de regroupement en tant que WaterAid pour rassembler les autres PTF comme Bordas, Protos, l’’UNICEFla GIZ et d’autres, pour disposer d’un plan d’action conséquentAvec la synergie d’action, il est évident que les lignes vont bouger, car le rassemblement est une force qui va permettre d’agir collectivement pour des résultats souhaités. Nous n’avons pas beaucoup de moyen financier, mais le peu dont nous disposons, nous n’allons pas hésiter un seul instant à le mettre à la disposition de la plateforme.

Youba KONATE

Source : Zénith Balé

Vous allez aimer lire ces articles

ENVIRONNEMENT : Des sanctions lourdes contre les pollueurs

Major Ibrahim Camara, chef central des eaux et forêts à Koutiala : « Le phénomène qui favorise la déforestation à Koutiala, c’est l’implantation des multitudes d’usines qui fonctionnent avec du bois »

Energies renouvelables : Une véritable panacée pour l’autonomisation des femmes maliennes

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct