Attaque contre Mohamed Cherif Haïdara : Le CSDM sort de son silence

Le Conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM), a organisé le jeudi 13 mai 2021 une conférence de presse pour condamner les attaques sur les réseaux sociaux dont est victime son président, Mohamed Chérif Haidara et mettre en garde leurs auteurs.

Selon Mohamed Chérif Haidara, depuis un certain temps, il est victime d’attaques sur les réseaux sociaux et dans certaines presses par des personnes malintentionnées. « Le CSDM, à travers son président Haidara Chérif Mohamed, fait l’objet, sur les réseaux sociaux, de plusieurs attaques violentes sans égale dans les annales du champ associatif fondé sur le militantisme dont le moteur a toujours été le débat d’idées de la part d’un certain Baïdy Dramé et ses complices Mme Maro Dramé, Kandé Sidibé et Idrissa Sangaré dit Laurent. Le bureau condamne avec la dernière rigueur ces attaques et se réserve tout le droit d’ester en justice », affirme-t-il.

« Haidara, Baïdy Dramé, a été éjecté du bureau du CSDM France par une assemblée générale extraordinaire en bonne et due forme le 22 septembre 2019 pour des raisons disciplinaire et statutaire. Dès lors, Dramé n’a plus le droit d’agir au nom du CSDM. Ce qui fait ses agissements contre notre président légitimement élu. Par ailleurs, l’objectif de ces attaques n’a rien de surprenant pour les gens avertis de la scène associative en raison de l’exploit exponentiel dont le CSDM a fait montre durant son petit temps d’existence », déclare Mohamed Chérif Haidara avant d’ajouter que : « Baidy Dramé et cette formation politique en mort cérébrale tentent, par monts et vaux, de s’accaparer des membres du  CSDM en vue de marchander la diaspora malienne auprès des candidats à l’élection présidentielle de 2022, attitude dont le CSDM s’est toujours opposé ».

Aux dires du président du CSDM, « les raisons de la radiation de Dramé ont pour noms : escroquerie en bande organisée, manipulation des membres du bureau, atteinte à l’image du CSDM et à son patrimoine, abus de confiance, dépôt frauduleux du logo du CSDM à l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI), en France, en octobre 2018 (appropriation du logo à son propre nom, et blocage du fonctionnement normal du bureau du CSDM France (refus de convoquer les réunions…) ».

B. Guindo

Source: Le Pays- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Kayes : la migration irrégulière au cœur d’une rencontre

Nord Mali : Des femmes sollicitent le retour de l’État

Maïmouna Hélène Diarra emprunte le train de l’infini : Et si on vous contait la vie et l’œuvre de Maïmouna Hélène Diarra

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct