Le bilan de la 3è République en question : L’ADEMA- Association réplique à Choguel !

Le  11 novembre 2021, Choguel K Maïga a reçu les chefs traditionnels et coutumiers du pays. Lors de cette rencontre, le PM a tenu des propos sur l’état de la Nation ces dernières décennies. La réaction de l’Adema-Association présidée par Mme Sy Kadiatou Sow, ne se fait pas attendre. Ces propos sont insultants pour  tous ceux qui ont œuvré pour l’avènement de la démocratie  multipartite du Mali, en général, pour la mémoire des martyrs et toutes les victimes de la répression féroce du régime de Moussa Traoré en particulier… ». Indique Mme Sy dans un communiqué daté du  18 novembre 2021 et dont nous avons reçue copie.

    En effet, l’Adema-Association déclare ceci : « Ces propos sont manifestement ceux d’un chef de parti porteur d’œillères qui avec constance et source, la responsable de tous les maux dont souffre notre pays. L’instauration de la démocratie aurait conduit à la faillite de l’Etat.  L’ère démocratique n’aurait apporté que désolation au peuple malien dans tous les secteurs de la vie publique. Son bilan se réduirait à une « floraison d’associations et de partis politiques ». Ainsi donc, parmi toutes les pages de l’histoire du Mali indépendant, celles des trois dernières décennies devraient être déchirées et jetées à la poubelle. Notre association condamne fermement ces propos de Choguel K. Maïga qui s’inscrivent dans sa logique de défense du régime qui a prématurément freiné l’élan patriotique de construction nationale du Président Modibo Keita. Au moment où les maliens aspirent et réclament une union sacrée pour affronter les défis majeurs auxquels notre pays fait face, l’heure n’est pas aux discours tendant à la dispersion des forces. Comment le Premier Ministre, Chef du Gouvernement compte t’il « fédérer l’ensemble des forces patriotiques et susciter leur adhésion » pour « réussir une transition de rupture ». ? De toute évidence, la réussite de la Transition ne se fera pas dans la stigmatisation d’une partie des acteurs politiques notamment ceux du Mouvement Démocratique de mars 1991. C’est pourquoi, en cette phase critique de la vie de notre Nation, l’Alliance pour la Démocratie au Mali (ADEMA-Association) invite le Premier Ministre, à faire preuve de grande retenue, d’esprit d’ouverture et de tolérance. Les maliennes et maliens ont en partage ce pays et doivent bénéficier d’une égale considération et d’un égal traitement de la part de ceux qui ont en charge la gestion des affaires de l’État. Elle exhorte tous les démocrates à redoubler de vigilance et de détermination pour défendre et faire prévaloir les valeurs et les acquis de la démocratie chèrement conquise au Mali.

L’Alliance pour la Démocratie au Mali (ADEMA-Association) restera toujours fidèle à sa mission de « Sentinelle de la Démocratie au Mali » pour la sauvegarde des libertés publiques fondamentales, la consolidation d’une société démocratique et pluraliste ».

Les propos de Choguel Maïga

Pour rappel : lors de  sa rencontre le  12 novembre 2021  avec les  autorités traditionnelles, coutumières et religieuses, le Premier ministre, Choguel K Maïga avait entre autres, déclaré : « Nous sommes tombés bien bas. Le Mali est devenu le vieil homme malade de l’Afrique de l’Ouest. A son chevet se presse plus d’un pays, africain comme extra-africain, dans le cadre d’une solidarité virile entre pays frères comme dans le cadre de desseins inavoués. Cela ne s’est pas produit par hasard. Vous vous souviendrez, il y a de cela un peu plus de trois décennies, sous le couvert de l’instauration de la démocratie, qui a été présentée comme une panacée contre le sous-développement, on a promis au Peuple des lendemains qui chantent. Ce qu’il en a résulté est connu : tous les leviers de l’Etat : les Forces de Défense et de Sécurité, l’Ecole, l’Administration, la Justice se sont retrouvées vidées de leur substance. La déliquescence progressive a atteint tous les secteurs de la vie de la Nation. La corruption et l’impunité devenues monnaie courante ont contribué à désarticuler les fondements de notre sécurité. La gestion du pays est passée entre les mains des PTF et des ONG et, le seul indiscutable bilan que la démocratie nous a légué est la floraison des associations et des partis politiques. L’affaiblissement de l’autorité centrale a eu, comme conséquence, la faillite de l’Etat avec ses corollaires : précarité de l’unité du peuple et de l’intégrité du territoire national, perte de la souveraineté, déliquescence des services sociaux de base, insécurité ; en un mot, tout ce que le Peuple vit aujourd’hui comme difficultés… ».

Source: Journal L’Aube- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Mali: deux explosions dans un camp de la Minusma

Mali: Assimi Goita remet du matériel militaire aux forces armées pour lutter contre les djihadistes

Mali: les assises nationales, préalables aux élections, fixées du 27 au 30 décembre

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct