MAli/Banque Mondiale : Conclusion d’un accord de don de 5,0 millions de dollars dans le but d’alimenter en électricité 130.000 bénéficiaires ruraux ayant de faibles revenus

 Ousmane Diagana directeur opérations banque mondiale mali crédit projet kabala alimentation eau potable bamako

La Banque mondiale, en sa qualité d’administrateur du Partenariat mondial pour l’aide basée sur les résultats (Gpoba), a signé un accord portant sur un don de 5,0 millions de dollars avec le ministère malien de l’Économie, des Finances et du Budget dans le but de cofinancer le projet de système hybride d’électrification rurale. Ce projet (financé pour 25 millions de dollars par l’Association Internationale de Développement (Ida), pour 15,5 millions de dollars par les Fonds d’investissement climatiques /le Programme de valorisation à grande échelle des énergies renouvelables dans les pays à faible revenu (Srep), et pour 5 millions de dollars par le Gpoba) a pour objet d’élargir l’accès des zones rurales à des services énergétiques modernes et d’accroître la production d’électricité à partir de sources d’énergies renouvelables dans les zones cibles.

« L’État malien mène depuis dix ans des politiques conçues pour élargir l’accès à une alimentation électrique moderne, et environ 30 % des foyers et des entreprises ont à présent l’électricité », a expliqué Ousmane Diagana, Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Mali. « En privilégiant les investissements axés sur la demande et sur l’offre, le projet considéré aujourd’hui aura un effet de levier sur un marché de petite taille, essentiellement urbain, afin d’assurer un éclairage moderne à ceux qui en ont le plus besoin, à savoir les habitants pauvres des zones rurales. »

Le don du Gpoba subventionnera en partie le coût de la densification et de la prolongation des mini-réseaux électriques, les systèmes d’énergie solaire à usage domestique et le câblage intérieur des logements d’environ 12.000 ménages ayant de faibles revenus (environ 130.000 bénéficiaires) dans des zones rurales isolées. Il favorisera également l’utilisation rationnelle de l’énergie en assurant la distribution gratuite d’ampoules basse consommation de manière à maintenir les factures d’électricité à un niveau plus abordable pour les ménages pauvres. Le financement du GPOBA exploite l’élan positif donné par la constitution de mini-réseaux hybrides utilisant l’énergie solaire dans le cadre du financement Ida-Srep pour améliorer l’accès des populations pauvres des zones rurales à une énergie propre.

L’Agence Malienne pour le Développement de l’Énergie Domestique et de l’Électrification Rurale (Amader) gérera le don et sélectionnera les opérateurs privés qui assureront l’exécution du projet. L’obtention de financements privés supplémentaires devant permettre d’élargir l’accès à l’électricité sera facilitée par le recours à la démarche de l’Aide Basée sur les Résultats (Abr), qui permettra d’optimiser les bénéfices de ce système de production d’électricité novateur à partir de sources d’énergies renouvelables dans les zones rurales au moyen de mini-réseaux hybrides utilisant l’énergie solaire. L’Abr permettra d’abaisser le coût des raccordements à l’électricité hors réseau à un niveau plus abordable pour les ménages pauvres qui, sinon, ne pourraient pas bénéficier d’un meilleur accès à l’énergie, et elle améliorera la performance des opérateurs privés sélectionnés par AMADER puisque la subvention ne sera versée que lorsqu’il aura été vérifié que les raccordements hors réseau sont opérationnels.

Les résultats visés sont, notamment, 9.600 raccordements aux mini-réseaux et l’installation de 2.400 systèmes d’énergie solaire à usage domestique. La subvention de l’Abr de 4,7 millions de dollars doit être affectée pour 3,2 millions de dollars aux mini-réseaux et pour 1,5 million de dollars aux systèmes d’énergie solaire à usage domestique. Amader recevra également une assistance technique d’une valeur de 300.000 dollars aux fins du recrutement d’agents de vérification qui seront chargés de suivre les produits et la préparation de rapports. Les ménages seront ciblés sur une base géographique, compte tenu du taux de pauvreté élevé observé dans les zones rurales et isolées dans lesquels les ménages utilisent actuellement du kérosène, des bougies ou des piles pour s’éclairer.

« Le Gpoba a ainsi l’opportunité d’appuyer un projet qui a une composante d’énergie renouvelable et de recourir à l’Abr pour combler un déficit d’investissement dans un contexte fragile et touché par un conflit », a fait valoir Carmen Nonay, Directrice du Gpoba, qui a également noté que « le Gpoba veut faire œuvre de pionnier et montrer aux investisseurs la faisabilité des projets, même dans ce contexte. Nous estimons que fournir aux communautés rurales cette nécessité fondamentale, l’accès à l’électricité, peut promouvoir la prospérité économique, la cohésion sociale et la stabilité politique. »

L’amélioration de l’accès à l’électricité dans les zones rurales du Mali devrait contribuer à la réduction généralisée de la pauvreté et à l’amélioration des indicateurs du développement humain, qui affichent actuellement les résultats les plus défavorables au monde. Les zones urbaines sont davantage électrifiées, mais l’amélioration de l’accès à l’électricité grâce au développement des ressources énergétiques renouvelables devrait contribuer au développement des zones rurales et promouvoir la cohésion sociale dans le pays.

Le Gpoba est un programme de partenariat mondial constitué en 2003 et administré par la Banque mondiale. Ce fonds fiduciaire a été établi par plusieurs bailleurs de fonds dans le but de formuler des démarches ABR dans un éventail de secteurs, notamment l’infrastructure, la santé et l’éducation. Son portefeuille de 38 projets pilotes d’Abr, au titre desquels un montant cumulé de 100,0 millions de dollars a été décaissé, assure un accès à des services de base à plus de 4 millions de bénéficiaires pauvres.
Bamako, 23 décembre 2013
Source : Banque mondiale

Soir de bamako

Vous allez aimer lire ces articles

Coup d’état et retrait du Mali du G5 Sahel: babillages d’un colonel sur les berges du Djoliba!

Tentative de déstabilisation de la Transition: “Un coup de force ne saurait cependant nullement être là solution” (Cadre d’Échange)

La Vice-Présidente du Benin à Bamako

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct