Affaire dite de l’avion présidentiel : Qui protège Ben Barka contre la justice malienne ?

En tout cas, c’est la question qui taraude l’esprit de tous les Maliens à ce jour, sachant bien que Moustapha Ben Barka, que certains surnommaient «l’homme de tous les dossiers», est le partenaire d’affaires d’un membre du gouvernement Choguel.

Convoqué par la cour suprême dans le cadre des enquêtes sur l’acquisition de l’avion de commandement, Moustapha Ben Barka, que certains surnommaient « l’homme de tous les dossiers » sous le régime IBK, pour magnifier sa toute-puissance, refuse catégoriquement de se présenter devant le juge. Soupçonné, tout comme Soumeylou Boubèye Maïga, Mme Bouaré Fily Sissoko et Mamadou Camara, d’avoir joué un rôle dans l’achat de l’avion présidentiel, M. Ben Barka se fait désirer par la justice malienne. En tant que vice-président de la Boad au nom du Mali, il essaie de mettre en avant sa nationalité marocaine. Les Maliens sont étonnés d’apprendre aujourd’hui que Moustapha Ben Barka se couvre de sa nationalité marocaine pour ne pas déférer à une convocation de la justice malienne. Pour certains, ce refus de se présenter n’est pas le fruit d’un hasard. Des observateurs de la scène politique pensent qu’il serait protégé aujourd’hui par un ministre en fonction, qui serait aussi son partenaire d’affaires.

De quoi Moustapha Ben Barka a-t-il peur ? S’il n’a rien à se reprocher, qu’il se présente devant les enquêteurs pour donner sa version des faits et se défendre. On dit souvent que le respect du droit à la présomption d’innocence est un principe sacro-saint, mais si l’intéressé adopte une attitude qui fait penser à une présomption de culpabilité, certainement qu’il a bien des choses à se reprocher.

Moustapha Ben Barka, rappelons-le, était au cœur du système IBK, qui l’avait imposé pour être son œil, son oreille et parfois même son bras pour agir dans le sens des intérêts du clan familial.

Depuis 2014, notamment suite aux audits d’une part du marché scandaleux des équipements militaires où, au bas mot, 100 milliards de nos francs ont été engloutis dans l’acquisition de l’avion de commandement qui aurait coûté 7,4 milliards de FCFA pour se retrouver facturé à l’Etat malien à plus de 20 milliards de FCFA, des noms circulaient déjà et celui de Moustapha Ben Barka revenait beaucoup.

Maintenant que la machine judiciaire est en marche pour que les Maliens puissent savoir qui a fait quoi et qui leur a volé combien et comment, Ben Barka défie ouvertement la justice, après avoir eu accès à nos richesses en tant que Malien et par la même occasion.

Il a beau user d’arguties pour se faire passer pour un Marocain, il répondra à la justice malienne pour assumer sa part de responsabilité dans la gestion de certaines affaires, et principalement du dossier relatif à l’acquisition de l’avion présidentiel.

Pendant que certaines personnes croupissent en prison dans le cadre des enquêtes sur le scandale de l’acquisition de l’avion de commandement mis à la disposition du président de la République, Moustapha Ben Barka, ancien ministre et ex-secrétaire général de la Présidence de la République, ne se soucie guère de la convocation de la cour suprême. Pourquoi n’est-il toujours pas inquiété jusqu’à présent ? Bénéficie-t-il de la protection d’une personne haut placée ? En tout cas, le peuple malien attend impatiemment de voir la réaction des autorités de la Transition pour gérer le cas Ben Barka.

Affaire à suivre…

Ibrahim M.GUEYE/INFOS 24

Vous allez aimer lire ces articles

Ismaël KONDE, ancien collaborateur de Sékou TOURE, aux Maliens : « La liberté est chère… »

Communiqué 30 du Gouvernement du Mali relatif au retrait du Mali de tous les organes et instances du G5-Sahel y compris la Force conjointe.

URGENT: INTERPELLATION DE SÉKOU TOUNKARA LE SOIT-DISANT POLITOLOGUE DEPUIS NEW YORK

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct