CONCOURS D’ACCES AU CORPS DES OFFICIERS A LA POLICE : Un scandale sans pareil autour dans l’histoire du Mali !

On aura tout vu sous le régime des colonels ou le favoritisme et le népotisme sont devenus un sport favori dans les concours. Après les scandales du concours direct de recrutement d’élèves fonctionnaires de la Protection civile et celui des femmes enceintes au sein de la police, le feuilleton continue cette fois-ci avec le concours professionnel d’accès au corps des officiers à la police. Les résultats de ce concours professionnel de recrutements de deux cents(200) élèves officiers de police  rendus publics le mardi 17 août dernier laissent à désirer. Au lieu d’un concours réel, il n’y a eu malheureusement que des nominations partisanes.

image d’illustration

 

Après le recrutement des femmes enceintes, le népotisme et le clientélisme continuent toujours au sein de la police.  Le récent recrutement de 200 élèves officiers de police se passe de tout commentaire. Dans l’histoire du Mali, pareil scandale à l’Ecole nationale de police n’a jamais eu lieu. Et pour cause, des chauffeurs dont celui du Directeur général adjoint et des plombiers sont devenus des officiers de la police. Ce, en violation des dispositions de l’article 1er de l’arrêté n°2021-0317/MSPC-SG du 17 février 2021 portant ouverture d’un concours professionnel de recrutement de 200 élèves officiers de Police, répartis entre les spécialités suivantes : santé/affaires sociales(08); transmission/télécommunication(12) ; finance et logistique(10) ; secrétariat/bureautique/ informatique/ musique(12) et généraliste(158).

Une nomination partisane ?

Selon de nombreux observateurs, il y a eu une nomination partisane plutôt qu’un concours professionnel. Sur la liste de la spécialité des généralistes admis dont nous avons copie, figurent les noms des chauffeurs et plombiers.  La promotion 2005 compte 2 officiers dont le chauffeur du DGA. Depuis quand un chauffeur fait-il partie de la catégorie des généralistes ? Inadmissible ! Un chauffeur est recruté policier avec le diplôme niveau DEF et avec un permis de conduire, donc un spécialiste. Alors qu’un policier généraliste est recruté avec le diplôme bac.

Pire, des quotas auraient été octroyés aux putschistes, au nombre de plus de 60 et aux différents syndicats de la police. Ce qui expliquerait le fait qu’il y a eu tout simplement une nomination partisane plutôt qu’un concours proprement dit car tous les admis sont presque tous des syndicalistes de la synergie.

Il s’agit de ce machin créé de toutes pièces par les autorités policières pour étouffer l’ensemble des revendications légitimes de la police au nom de l’unité et de la solidarité. La Synergie de la police regroupe presque l’ensemble des syndicats représentatifs de la police, une façon élégante de les museler et au besoin les corrompre afin qu’ils jouent le jeu de l’apaisement et de la facilité. Les syndicalistes sont devenus pour la plupart des collabos de l’administration, afin de dénoncer leurs syndiqués et les livrer au besoin au premier venu pour leurs intérêts personnels. Pour preuve, nous avons vu l’affaire du policier molesté par les éléments de la Garde nationale à Mopti, malgré l’indignation et le tollé suscités par cette affaire, elle est passée comme un feu de paille.

Aussi, on a mis en prison dans un silence olympien six (6) policiers de la Brigade d’investigation criminelle (BAC) dans l’exercice de leur fonction suite à une affaire certes déplorable, mais sans aucune enquête sérieuse car, en droit pénal, la responsabilité est individuelle et on ne peut pas me dire que les six éléments ont tous tiré sur le défunt avec une seule et unique arme.

En effet, on aurait compris avec ce concours qu’un syndicat qui est une association de personnes destinée à la défense de leurs intérêts professionnels communs, est devenu le sens contraire. Pis, les syndicats de la police ont décidé de vendre leurs syndiqués pour être nommés en contrepartie officiers de la police nationale sans aucun mérite. Sur la liste des amis, on voit clairement les noms des membres d’un syndicat, qui se sont partagé les quotas au détriment de leurs syndiqués. Où sont l’honneur et la dignité ?

Mais hélas ! Pour garder leurs postes les autorités policières acceptèrent de vendre l’âme de la police nationale à des moins méritants qui pour certains n’ont fait que crier plus fort que les autres à travers des vidéos sur les réseaux sociaux afin de se retrouver officiers. Or, selon un de nos confrères, Birama Coulibaly, notre police regorge d’éléments suffisamment qualifiés pour être admis si réellement il y avait eu un concours digne de ce nom. Encore une fois nos autorités nous renforcent dans notre conviction que pour réussir au Mali, il faut crier plus fort que les autres, même si on a tort.

En tout cas, avec ce concours partisan, les autorités policières ont pris la responsabilité historique de priver notre pays encore une fois de ressources humaines qualifiées pour servir leur pays avec honneur et dignité. Que c’est vraiment dommage !

Tientigui

Source: Le Démocrate 

Vous allez aimer lire ces articles

Edito : Choguel, sabali !

CADRE STRATEGIQUE PERMANENT : Gao dit non à cette ‘’escroquerie à grande échelle ’’ !

RESPECT DU DÉLAI DE LA TRANSITION : Débarquer le PM Choguel ou le Chaos !

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct