La salle de conférence de l’Olympe international Hôtel sis à Badala extension a abrité ce vendredi 18 juin 2021, une conférence de presse du Collectif des ressortissants d’Aguelhok à Bamako. L’objectif de cette conférence était de demander à la mission onusienne basée dans la localité de délocaliser son camp loin des habitations et informer l’opinion nationale et internationale des motifs.

Les casques bleus tchadiens basés dans la commune d’Aguelhok située dans le cercle de Tessalit au Nord de la région de Kidal sont fréquemment ciblés par des attaques terroristes. Selon le collectif des ressortissants de la commune basé à dans la capitale malienne, le camp de la mission onusienne qui abrite le contingent Tchadien est situé aux alentours « ce qui met la vie de la population en danger ».

Dans la déclaration lue par Malick Ag Eljimit, le collectif des ressortissants d’Aguelhok demande la délocalisation sans délai du Camp de la Minusma loin des habitations civiles. « Aguelhok soufre aujourd’hui de la proximité du Camp du contingent de la Minusma situé à 200 mètres des habitations. A chaque attaque, les civils sont pris entre les feux et subissent les représailles des casques bleus (exécutions, arrestations arbitraires, intimidations, tout le monde est accusé de terroriste, démolitions des habitations jugées trop encombrant », a dénoncé Malick Ag Eljimit au nom du Collectif.

Pour lui, la dernière attaque en date du 2 avril dernier a été la goutte qui a fait déborder le vase, avec son lot de représailles. « Après une attaque contre le camp de la Minusma dans la commune d’Aguelhok, trois civils venus à Aguelhok pour des soins ont été arrêtés et exécutés par le contingent tchadien », s’indigne-t-il.

Par ailleurs, le collectif affirme que suite à cette situation, la localité est presque vidée « seulement quatre familles sont présentement à Aguelhok, et cela par faute moyen », s’est indigné le Président dudit collectif, Dada Ag Aghaly. Avant d’affirmer que la population ne demande nullement le départ de la Minusma mais juste la délocalisation du Camp loin des habitations, car indique-t-il, la vie de la population est en danger.

Le Collectif, à travers son porte-parole, Malick Ag Eljimit a affirmé que la Minusma a été saisie par tous les canaux possibles pour trouver une solution urgente afin que la population puisse regagner leur domicile, « jusque-là aucune réponse rassurante ». Le collectif s’est ensuite indigné des propos tenus par le Chef de la Minusma, Elghassim Ouane dans un communiqué. Selon le collectif, le premier responsable de la mission onusienne a qualifié les déplacés de « complices de terroristes ».

En outre, le Collectif sollicite l’implication des autorités de la transition pour mettre la population d’Aguelhok dans son droit, demandant la délocalisation pure et simple et sans délai du Camp de la Minusma loin des habitations civiles.

Ibrahim Djitteye

 

Source: Journal le Pays- Mali