Anniversaire de l’indépendance de l’Azawad: le MNLA persiste, les jihadistes signent, le Mali se terre

Des séparatistes regroupés au sein du MNLA ont proclamé l’indépendance de la république fantomatique de l’Azawad en 2012, pendant l’occupation des régions du nord. Depuis lors, chaque année, le 6 avril est consacré par les séparatistes aux festivités de l’anniversaire de la république de l’Azawad. En effet, c’est le 6 avril 2012, après la défaite de l’armée et l’occupation de 2/3 du territoire par des hordes djihadistes-terroristes que les responsables du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), membre de la CMA, ont proclamé l’indépendance de l’Azawad. Cette année, toutes les localités n’ont pas eu le plaisir de faire cette célébration. Pour cause, des djihadistes ont interdit la célébration dans certaines zones et menacent de mener des représailles au cas où les séparatistes persistaient.

 

Depuis 2012, chaque 6 avril, dans leur dessein indépendantiste, des enfants égarés du pays dans la région de Kidal n’hésitent pas à entreprendre des travaux d’assainissement et d’embellissement de la ville, à travers la réhabilitation de la « Place de l’indépendance » et la réfection de leur fameux « Monument de l’indépendance de l’Azawad ». Aussi, chaque année, la journée est marquée par une parade militaire, avec des dizaines de pick-up qui font le tour de la ville sous les acclamations de la foule. Ce n’est pas tout, chaque 6 avril, des séparatistes se donnent rendez-vous à la « Place de l’indépendance » pour hisser sur un mât le drapeau de « l’Azawad ». Cela, au nez et à la barbe des autorités de la localité, de la MINUSMA et même de la force Barkhane.
La célébration de l’indépendance de la chimérique république de l’Azawad ne cesse de susciter des interrogations au sein de la population malienne. Comment comprendre qu’au moment où nos autorités s’accrochent à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix que des esprits malins continuent impunément à défier l’État et toute la communauté internationale, à travers cette célébration provocatrice.
Malgré le fait qu’aucun État n’ait reconnu cette déclaration d’indépendance, ces hors-la-loi persistent toujours dans leur projet bidon de sécession. Mais cette année, les djihadistes s’opposent à cette célébration dans certaines localités.
Selon des sources, des djihadistes ont interdit la célébration de l’anniversaire de la fête des indépendantistes de l’Azawad dans le village Ossadja, commune d’Intillit dans la région de Gao. À en croire nos sources, une colonne de djihadistes a fait irruption dans le village d’Ossadja et a détruit le monument symbolisant l’appartenance dudit village à l’Azawad. Aussi, les djihadistes ont fait des mises en garde avec l’interdiction formelle de toute rénovation du monument détruit, sous peine d’une sévère punition.
Mais, l’interdiction et la menace des djihadistes n’ont pas concerné toutes les localités où se trouvent les sécessionnistes. Dans un communiqué, le mouvement national pour la libération de l’Azawad persiste et signe que « l’indépendance de l’azawad » se fête sur ‘’toute l’étendue du territoire de l’azawad et dans la diaspora’’.
Dans ledit communiqué publié sur le site du MNLA l’on peut lire : ‘’ce jour mardi 6 Avril 2021, le peuple de l’Azawad, à travers la société civile, les organisations des jeunes, des femmes…sur l’ensemble du territoire de l’Azawad et dans la diaspora, célèbre le 9eme anniversaire de la déclaration d’indépendance de l’Azawad. De Tinzawatene à Foyta en passant par Menaka, Kidal, Azawa, ber, Anefif, Ghourma-Rharouss Tombouctou, Bourem, sidey, Fansanfass, Tidjerouwen, Razelma, Oussaga, Tessalit, N’tahaka, Ersan, Arawan, Timtaghen… La fête a été une occasion toute particulière de rendre hommage aux martyrs tombés pour cette cause, mais également de dire à la communauté internationale et à l’État malien toute leur détermination à poursuivre infailliblement et irrévocablement la lutte pour l’autodétermination de l’Azawad, ce, après six ans dans un accord rejeté par tous. Ainsi, on pouvait lire sur des banderoles des thèmes illustrant parfaitement une posture courageuse et manifeste de rejet de l’accord issu du processus d’Alger. L’occasion a été saisie pour condamner les exactions et exécutions dont sont victimes les civils azawadiens de la part non seulement des terroristes classiques, mais aussi des forces étrangères censées les protéger’’.
Le clou de la célébration était à Ber, dans la région de Tombouctou. Dans cette ville les séparatistes ont organisé des défilés militaires pour célébrer la 9e fête commémorative de la déclaration de ‘’l’indépendance de l’Azawad’’ par le MNLA le 06 avril 2012.
Dans leur déclaration, les enfants ont invité l’opinion nationale et internationale à reconnaître l’indépendance de l’Azawad tout en réclamant un statut juridique pour l’Azawad.
À Gourma-Rharouss la célébration a été faite à travers une grandiose course de pirogue.

C’est dire que pour la 9e fois la fantasmagorique indépendance de l’Azawad a été célébrée, hier mardi 6 avril, de manière décentralisée dans plusieurs localités du nord de notre pays. Seul dans le village d’Ossadja, les djihadistes ont empêché l’organisation de cette fête.

PAR MODIBO KONE

Source : INFO-MATIN

Vous allez aimer lire ces articles

Journaliste au Sahel, un métier « à très haut risque »

Mali: trois soldats maliens tués par l’explosion d’un engin artisanal

ANSONGO : des vols de motos de plus en plus récurrents

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct