Communiqué de la cellule de Communication de la communauté IDAKSAHAK sur l’assassinat de ses membres enlevés à Bana

C’est avec une grande tristesse et une profonde émotion que la communauté IDAKSAHAK a appris l’assassinat lâche de 20 de ses membres enlevés à Bana Localité située à 28km d’Anderamboukane et conduits vers le village de Chinagodra au Niger.

 

Il s’agit de :
1- Ousmane Ag Ifadite,
2- Alhassane Ag Amoumene: 60 ans
3- Talibou Ag Adiwi,
4- Iba Ag Ahmoudou,
5- Alhassane Ag Ibni
6- Malick Ag Adiwi
7- Mahamadou Ag Altanine
8- Eglasse Ag Amoumene
9- Bilal Ag Fackraye
10- Ahmad Ag Ijina
11- Alkou Ag Wadaye
12- Tamoul Ag Idrakane : 67 ans
13- Gazere Ag Tamou
14- Ahmad Ag Aboubacrine
15- Goumar Ag Gouzoule
16- Hali Ag Maissadje
17- Amzague Ag Taneyte
18- Agali Adiwi
19- Ali Ag Maissadje
20- Goumar Ag Ousmane

La 21ème Ahmad Ag Ahmid (blessé par balle pendant l’enlèvement et pris pour Mort, a été abandonné sur les lieux ).

Ces paisibles civils issus de la communauté noire Idaksahak ont été exécutés le 30 avril 2021 près de Chinagodra (Niger) par des militaires nigériens.

Un autre rescapé de la tuerie est actuellement à ANDERAMBOUKANE et le 21eme qui était blessé pendant l’enlèvement est à Gao où il reçoit des soins.

La communauté Idaksahak est horrifiée par cette nouvelle exécution de masse qui relève d’une barbarie innommable.
En cette douloureuse circonstance, la Communauté Idaksahak exprime ses condoléances attristées et toute sa compassion aux familles endeuillées et souhaite prompt rétablissement au blessé.

La communauté Idaksahak condamne fermement cette exécution qui vient une fois encore l’endeuillée.

Elle rappelle que ces mêmes militaires nigériens sont les auteurs de l’exécution de 10 civils de la communauté le 23 et 24 février 2020 et de deux autres le 4 Mars 2020.

La communauté Idaksahak demande aux Gouvernements malien et nigérien de prendre des mesures pour que ces assassinats cessent et de tout mettre en œuvre pour faire la lumière sur ces exécutions sommaires de civils. Elle fait appel aux organisations des droits de l’homme opérant au Niger et à la MINUSMA de tout mettre en œuvre pour identifier les militaires auteurs de ces tueries.

Ménaka, le 03 Mai 2021

Pour la communauté

La cellule de Communication

SourceMalijet

Vous allez aimer lire ces articles

Covid-19 au Mali : Trois cas enregistré par les services sanitaires, mardi

Pénurie d’eau à Tombouctou : les autorités régionales volent au secours des populations

EMBUSCADE À MENAKA : LES MILITAIRES FRANÇAIS ET NIGÉRIENS NEUTRALISENT UN GROUPE TÉRRORISTE

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct