Mali : La force Barkhane a “neutralisé” un cadre jihadiste lors d’une opération au nord-est de Gao

Alors que le retrait des troupes françaises du Mali est entré dans la dernière ligne droite, avec l’état des lieux de la Plateforme opérationnelle Défense [PfOD] de Gao, où, d’ailleurs, le dernier hangar pour hélicoptères vient d’être démonté, la force Barkhane continue ses opérations contre les groupes armées terroristes [GAT].


Ainsi, l’État-major des armées [EMA] a indiqué que la force française venait de « neutraliser » un cadre du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM, JNIM ou encore RVIM, lié à al-Qaïda, ndlr] ainsi plusieurs de ses subordonnés au cours d’une intervention dans la zone de Talataï, située à environ 200 km au nord-est de Gao.

« En début de soirée [du 6 août, ndlr], le recoupement de différentes sources de renseignements a mis en évidence le regroupement de plusieurs cadres appartenant au RVIM. La surveillance mise en place a permis de localiser avec précision, puis de neutraliser un cadre de ce mouvement et plusieurs de ses combattants », a expliqué l’EMA, sans donner plus de détails sur les moyens engagés lors de cette opération, menée dans un « contexte d’une menace de reprise des actions armées jihadistes au Sahel, dont les populations sont les premières victimes ».

Selon des sources citées par Wassim Nasr, journaliste de France24, cette opération de Barkhane – la première menée sous l’autorité du général Baratz – se serait soldée par la destruction d’un véhicule, dans lequel se trouvaient six individus. Ce qui suggère l’implication d’un drone MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] MQ-9 Reaper. Il est aussi probable qu’il y ait une intervention au sol pour confirmer le résultat de la frappe.

La zone de Talataï est un « fief » du RVIM, lequel a récemment repoussé une attaque menée par l’État islamique au grand sahara [EIGS], en marge des récents combats d’Anderamboukane, où l’organisation jihadiste a affronté des combattants du Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés [GATIA] et du Mouvement pour le salut de l’Azawad [MSA].

Cela étant, cette intervention de Barkhane a été menée alors que le gouvernement malien de transition a dénoncé le Traité de coopération en matière de défense avec la France de juillet 2014 ainsi que, avec effet immédiat, l’accord relatif au statut des forces françaises au Mali [SOFA, Status of Force Agreements]. Ce qui théoriquement, prive toute action française de base légale.

Or, selon la convention de Vienne sur le droit des traités, un prévis de douze mois s’applique pour mettre un terme à un accord, sauf si l’une des parties a commis une violation manifeste. D’où les accusations de la junte malienne à l’égard de Barkhane, coupable, à ses yeux, d’avoir « violé » à maintes reprises une zone d’interdiction aérienne aux contours… fluctuants. Quoi qu’il en soit, pour Paris se défend de « toute violation du cadre juridique bilatéral » et considére par conséquent que « l’analyse juridique présentée par les autorités maliennes n’est pas fondée dans la mesure où n’y a pas de violation constatée et documentée de ces accords ».

opex360.com

Vous allez aimer lire ces articles

Des Casques bleus se mobilisent pour les déplacés internes de Talataye

Mali: une bagarre entre des éléments de Wagner et des militaires maliens fait 2 morts et plusieurs blessés au camp d’Ansongo

Transitions Mali-Guinée : une réciprocité solidaire de résistance à la vassalité des chefs d’états de la CEDEAO

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct