Processus de paix au Mali : Le CSA plaide pour un soutien international accru

Les participants à la 6e réunion de haut niveau du Comité de suivi de la mise en oeuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger (CSA), ont appelé depuis Bamako au renforcement du soutien de la communauté internationale pour parachever la mise en oeuvre des dispositions adoptées en 2015.
Rappelons que cette 6ème rencontre du CSA a vu la participation de l’ensemble des parties signataires de l’accord ainsi que des membres de la Médiation internationale sous la présidence du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra. Celui-ci a rendu hommage, en sa qualité de chef de file de la Médiation, à l’engagement des membres du CSA pour redoubler d’effort en vue de concrétiser en profondeur l’accord de paix et il a aussi salué «le contexte encourageant et prometteur dans lequel» se sont déroulés les travaux qui, a-t-il insisté, «offrent de nouvelles opportunités de prise en charge de toutes les attentes légitimes des parties signataires dans le cadre d’une mise en oeuvre diligente et effective des dispositions fondamentales de l’Accord».
Outre un bilan exhaustif du chemin parcouru depuis 2015, la 6e réunion a également dressé un programme d’action destiné à franchir de nouvelles étapes dans la construction de l’édifice de paix ainsi que dans la consolidation des étapes déjà franchies, et cela à la lumière des recommandations de la réunion de niveau décisionnel qui a eu lieu à Bamako du 1er au 5 août dernier.
Le fait que des «avancées tangibles» ont été relevées dans la conduite de la transition au Mali contribue à l’instauration d’un climat favorable pour progresser davantage et plus vite dans la mise en oeuvre de l’Accord, est-il notamment souligné par l’ensemble des participants. Aussi, se sont-ils félicités des «résultats positifs» tels que l’accord sur l’intégration en deux phases, au sein des structures de l’État malien, y compris les forces de défense et de sécurité, de 26 000 ex-combattants et l’instauration d’une Commission ad hoc pour formuler des propositions concrètes et réalistes sur la gestion au cas par cas de la situation des cadres des Mouvements signataires, y compris en relation avec la chaîne de commandement.
Un appel a été adressé aux États membres de la communauté internationale pour un appui politique, technique et financier accru à la mise en oeuvre prioritaire de l’Accord issu du processus d’Alger qui participe de la sauvegarde de l’unité, de l’intégrité et de la souveraineté du Mali.
En mettant l’accent sur l’importance de la poursuite d’une telle dynamique et sur celle d’une complémentarité des efforts de toutes les parties concernées par la mise en oeuvre accélérée de l’Accord, le CSA se dit prêt à soutenir activement les actions de la Commission ad-hoc et affirme sa volonté de contribuer pleinement aux différentes phases de refondation de l’État malien, dans toute sa plénitude, notamment à la faveur des consultations pour la rédaction de la nouvelle Constitution.

 

lexpressiondz

Vous allez aimer lire ces articles

Appel à la désobéissance civile à Gao contre l’insécurité : Une mauvaise publicité pour le pouvoir de Bamako

MINUSMA : la Côte d’Ivoire annonce le retrait de ses troupes du Mali ( Officiel)

GTIA1 Kêlêtigui : Une offensive FAMa dans le nid des GAT

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct