Crise au Mali : l’intervention de mercenaires russes pour remplacer les troupes françaises divise

Les discussions entre le Mali et la société militaire privée russe controversée, le groupe Wagner, suscitent une profonde inquiétude au niveau international, mais de nombreux Maliens sont impatients de voir les Russes remplacer les troupes françaises.

Le groupe a été identifié pour la première fois en 2014 alors qu’il soutenait les séparatistes pro-russes dans le conflit dans l’est de l’Ukraine. Depuis lors, il a été impliqué dans des pays tels que la Syrie, le Mozambique, le Soudan, la Libye et la République centrafricaine.

En 2013, les soldats français avaient été accueillis dans la jubilation à leur arrivée au Mali après que des militants islamistes eurent détourné une rébellion et menacé de prendre le contrôle de tout le pays.

Mais le président Emmanuel Macron a récemment déclaré que le contingent français de 5 000 hommes serait réduit de moitié, ce qui a incité le Premier ministre malien Choguel Maiga à accuser la France d’un “abandon en plein vol”.

Cela a à son tour déclenché une réaction furieuse de la France, la ministre des Armées Florence Parly accusant le gouvernement malien de “s’essuyer les pieds avec le sang des soldats français”.

Le président Macron s’est dit “choqué” par cette accusation, condamnant le gouvernement militaire du Mali, qui, selon lui, n’avait aucune “légitimité démocratique” après deux coups d’État en moins d’un an.

  • Un “abandon en plein vol”, les reproches du Mali à la France
  • Les secrets de l’intervention russe en Libye dévoilés par une tablette

Mais l’opinion publique malienne s’est incontestablement retournée contre la présence des troupes de l’ancienne puissance coloniale.

Huit ans après l’arrivée des Français, la crise sécuritaire s’est propagée au Burkina Faso et au Niger, avec de nombreux groupes différents, certains liés à al-Qaïda ou au groupe État islamique, parcourant la région depuis leurs bases dans le désert du Sahara.

Environ 55 militaires français et plusieurs centaines de Maliens ont été tués.

Les Maliens manifestent régulièrement contre les militaires français et les accusent de ne rien faire dans la lutte contre les djihadistes. La présence de soldats français est considérée comme une occupation et leur départ vivement souhaité.

Beaucoup sont heureux que les Russes les remplacent.

“La Russie est plus neutre”

Oumar Cissé, un éminent militant pour la paix dans la région agitée de Mopti, a déclaré que la Russie était un partenaire historique de l’armée malienne.

“La Russie n’a aucun intérêt pour la politique malienne contrairement à la France, qui gère le conflit en fonction de ses intérêts économiques et politiques”, a-t-il déclaré à la BBC.

Certains militants affirment que la présence des forces françaises elle-même a été un catalyseur de la violence djihadiste. La France s’est longtemps opposée aux négociations avec les djihadistes, une option privilégiée par certains Maliens.

  • De nouveaux mercenaires russes signalés au Mozambique
  • Un fils de Kadhafi risque d’être arrêté pour ses liens présumés avec des mercenaires russes

Il n’y a eu aucune protestation publique contre la Russie mais l’opinion publique concernant l’intervention de Wagner au Mali est divisée.

La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), une coalition d’anciens rebelles arabes et touaregs du nord du Mali, a déclaré que travailler avec les Russes serait une menace pour leur accord de paix de 2015.

La consternation internationale suscitée par un accord avec Wagner est liée à la sombre réputation de la société de mercenaires. Le fait que le gouvernement russe nie tous liens avec le groupe est également traité avec suspicion.

Cependant, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a confirmé que le Mali s’était “tourné vers une entreprise militaire privée de Russie” pour aider à combattre les groupes djihadistes.

En Afrique, des membres de Wagner auraient une implication douteuse en République centrafricaine (RCA), où certains des instructeurs militaires russes soutenant le gouvernement assiégé seraient des mercenaires. Ils sont également liés à des crimes de guerre dans la guerre civile en Libye.

La Russie est entrée dans la mêlée en RCA en 2017 dans le cadre des efforts visant à étendre son influence à travers le continent. Il a donné au pays africain des armes, des munitions et 175 instructeurs militaires.

Le ministère britannique des Affaires étrangères a qualifié le groupe Wagner de “moteur de conflit” et a déclaré qu’il “capitalise sur l’instabilité pour ses propres intérêts, comme nous l’avons vu dans d’autres pays touchés par des conflits comme la Libye et la République centrafricaine”.

Si l’accord avec le Mali se concrétise, cela signifierait une expansion majeure des intérêts militaires de la Russie en Afrique et un revers stratégique pour l’Occident. Le déploiement d’entrepreneurs militaires russes marquerait une rupture profonde avec la France et l’Occident.

  • La méthode Macron peut-elle nuire à l’ouverture d’un nouveau chapitre africain
  • Conflit au Mozambique : pourquoi les forces américaines sont-elles sur place ?
  • Est-ce la fin des grands déploiements militaires contre les insurrections ?

La ministre française Mme Parly a prévenu que “nous ne pourrons pas cohabiter avec des mercenaires”. Elle a ensuite accusé le Premier ministre malien d'”hypocrisie, de mauvaise foi et d’indécence” après avoir déclaré que son administration n’avait pas été consultée sur le retrait de la mission française, l’opération Barkhane.

L’Allemagne et l’Estonie, dont les forces servent sous une force européenne basée au Mali appelée Takuba, ont également menacé de retirer leurs soldats.

Le bloc régional ouest-africain Ecowas a fermement dénoncé le projet d’embaucher des sociétés de sécurité privées.

Cherif Mahamat Zene, le ministre des Affaires étrangères du Tchad, qui a joué un rôle vital dans la lutte contre les groupes islamistes à travers l’Afrique de l’Ouest, a déclaré que les rebelles qui ont tué l’ancien président Idriss Deby en avril ont été entraînés par le groupe Wagner et a mis en garde contre leur intervention.

Des hélicoptères militaires en provenance de Russie

Face à la colère croissante du public contre la France, le choix de la Russie a été facile. Le Mali et la Russie ont maintenu des liens étroits ces dernières années, notamment depuis 1994 lorsqu’ils ont signé un accord de coopération de défense qui a été révisé en 2019.

Le ministre de la Défense Sadio Camara et certains membres dirigeants de la junte malienne ont été formés en Russie.

Jeudi, il s’est félicité de l’arrivée de quatre hélicoptères militaires en provenance de Russie, qu’il a qualifiée de “pays ami avec lequel le Mali a toujours entretenu un partenariat très fructueux”. Il a déclaré que cela faisait partie d’un accord conclu en décembre 2020 – bien avant l’annonce du retrait français.

L’implication russe pourrait également être une excuse commode pour le gouvernement intérimaire du Mali pour prolonger son mandat, après la prise de pouvoir militaire en mai.

Le débat fait rage pour savoir si le dirigeant du pays, le colonel Assimi Goïta, honorera sa promesse d’organiser un référendum sur une nouvelle constitution le 31 octobre et des élections générales le 21 février 2022.

  • Assimi Goita: l’homme fort du Mali
  • Zones interdites et ingérence de la Russie dans la guerre en Afrique centrale
  • Tarhuna, cette ville libyenne où l’on disparaît comme des fantômes

Le Premier ministre Maiga a déclaré que les élections pourraient être reportées.

Un partenariat militaire entre le Mali et ses voisins pour lutter contre les groupes djihadistes dans la région, les États du G5-Sahel, pourrait également être mis à rude épreuve.

Le ministre nigérien des Affaires étrangères, Hassoumi Massaoudou, a déclaré que l’alliance s’effondrerait “certainement” si le Mali recrutait le groupe Wagner.

Que les Russes soient ou non envoyés au Mali, les groupes djihadistes, qui ont récemment célébré la sortie des États-Unis d’Afghanistan et établi des parallèles avec le retrait français en Afrique de l’Ouest, pourraient chercher à exploiter l’instabilité et à intensifier leurs attaques, provoquant une nouvelle crise au Mali et chez ses voisins.

Source : bbc

Vous allez aimer lire ces articles

« Colère et indignation » de Housseini Amion Guindo suite aux « terribles accusations » d’Adama Ben Diarra

Apaisement du climat social : un comité de travail de 9 ministres bientôt mis en place.

OUVERTURE CE MATIN DU SÉMINAIRE SUR LA VULGARISATION DU STATUT DES FONCTIONNAIRES DE LA POLICE NATIONALE

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct