Nouhoum Sarr est un jeune politique qui s’oppose au nouveau gouvernement piloté par Dr Choguel Kokalla Maïga. Il a montré son mécontentement à la nomination de M. Maïga comme Premier Ministre du Mali. Le jeune Sarr est le nouvel opposant du gouvernement.
Président et l’un des fondateurs du parti « Front Africain pour le Développement », Nouhoum n’arrive pas à digérer la nomination de l’actuel Premier Ministre et président du Comité stratégique du Mouvement du 05-juin-Rassemblement des Forces Patriotiques. Le politique de trentenaire fut membre influent du M5-RFP, le mouvement à la base du coup d’État du 18 août 2020. Après cela, Nouhoum Sarr s’est retiré de ce grand mouvement, en prononçant lors des débats sur les antennes et sur les colonnes des journaux, que le M5-RFP n’a plus sa raison d’exister et qu’il est mort de sa belle mort.

Pour lui, le M5-RFP n’est plus à l’ordre du jour et sa page est tournée. Le président du parti FAD est le 2eSecrétaire politique du Conseil National de Transition (CNT). Il s’insurge contre les nouvelles autorités de la Transition. Le jeune politique Sarr n’a pas du tout apprécié les nouvelles autorités de la Transition.
À travers un communiqué sur la nomination de Dr Choguel Kokalla Maïga comme Premier Ministre et de son gouvernement, le parti FAD est revenu dans l’opposition. ‘’ Le parti FAD rappelle qu’il avait mis en garde contre la nomination d’un Premier Ministre qui est chef de parti, de surcroît un adepte de la restauration du régime dictatorial du Général Moussa Traoré’’ a-t-il dénoncé. Il poursuit en dénonçant qu’il constate aussi la violation de la Charte et invite les autorités à être plus regardant sur le respect des normes.
Selon toujours le communiqué du FAD, dans le gouvernement de Dr Maïga, il y a une forte concentration de personnes qui ne rassurent pas, en ce qui concerne la réussite de la Transition. Par ailleurs, il souligne que la réussite de la Transition, sous la conduite de ce gouvernement, est quasiment impossible. ‘’ La réussite de la Transition passe inéluctablement par le redressement de la rectification dangereuse en cours’’ a-t-il signalé.
Nouhoum Sarr, le nouvel opposant de la Transition sera-t-il dans la rue avec son parti pour réclamer, selon lui, la rectification dangereuse de cette Transition ?
À titre de rappel, Nouhoum Sarr n’a pas de popularité. La preuve en est que lors de la dernière élection législative, il a été un candidat tocard dans la circonscription de la Commune IV. Il n’a même pas eu un (1) %.
D. Sanogo

Source: LE COMBAT