2ème tour présidentielle malienne : « Des zones d’ombre »

« L’on doit supposer à raison que le vainqueur de l’élection présidentielle malienne a mené une bonne campagne électorale au regard du résultat obtenu… L’absence de suspens est cependant de nature à faire admettre l’existence de zones d’ombre dans le processus ».soumaila cisse bureau de vote urne isoloir badalabougou

Il s’appelle ZAKARI GBESSIA. Et il est le président de l’ONG togolais « Chez Soi Togo ». Comme à l’issue du premier tour du scrutin malien, il a accepté, au second, nous livrer ses impressions.

Il a tout d’abord félicité le vainqueur de l’élection.  « On suppose qu’il a réussi une bonne campagne électorale ». Et d’ajouter qu’il s’agit bien d’une élection propre.

Mais, poursuit-il, «l’absence de suspens  est de nature à  faire admettre l’existence de zones d’ombre dans le processus… On avait l’impression que les résultats étaient connus d’avance… Ce manque de suspens a entamé l’engouement  et a conduit à une certaine morosité par rapport au 1er tour… ».

Mais qu’entend M. GBESSIA par « zones d’ombre » ? « Des aspects que les observateurs internationaux  n’ont certainement pas compris », précise-t-il. Et d’ajouter que la mission des observateurs doit s’effectuer avant, pendant et après le scrutin. Ce qui n’a pas été le cas.

Existe-t-il une différence entre une élection propre et une élection bien faite ? Oui, à en croire, M. GBESSIA !« Une élection bien faite comporte toujours une dose de suspens  surtout pour une élection historique comme celle malienne. Bien entendu, aucune élection n’est propre à 100%».

S’agissant des observations à proprement parler, le visiteur note avec satisfaction que la CENI (Commission électorale Nationale Indépendante) s’est très bien rattrapée en corrigeant les imperfections du 1er tour. Il existait cependant des couacs en certains endroits :  « des mandataires ne connaissant pas souvent le nom du parti qu’ils représentaient sur place  ou ne se montraient pas disposés à l’endroit d’électeurs qu’ils soupçonnaient d’appartenir à l’autre camp ; pas de fiche de passage des observateurs dans les bureaux de vote… La présence de ces observateurs internationaux est pourtant de nature à rassurer les électeurs… Ils (les observateurs internationaux) leur donnent  confiance puisque n’étant pas partie prenante du processus».

Mais comment se déroule en général un scrutin au Togo ? «Ici, les électeurs sont toujours présents. Le suspens aussi. Sur le plan électoral, le peuple Togolais a acquis une maturité certaine. Tenez : c’est à cause de l’engagement des citoyens que les organisateurs des scrutins ont limité le nombre d’électeurs  à 400 par bureau de vote. Mais j’avoue qu’aucun de ces bureaux ne désempli du début jusqu’à la fin des opérations… Et je profite de l’occasion pour suggérer notre expertise à nos frères maliens. Je signale que les membres de l’ONG –Chez Soi Togo- sont également des formateurs attitrés de l’Ecole de Base EMMAÜS – PARIS spécialisée dans la bonne gouvernance ».

Parlant de la démarche du vaincu, M. Soumaïla Cissé, notre interlocuteur  se dit heureux d’être, ce jour,  africain. «Le Mali, à travers ce geste de M. Cissé, a donné une bonne leçon au monde entier… Au Togo, le vaincu de l’élection présidentielle de 2010, Jean Pierre Fabre  n’a pas reconnu sa défaite à fortiori se rendre chez le vainqueur pour le féliciter… Disons-le franchement : Soumaïla Cissé a posé là un acte majeur… Mais que  se serait-il passé si la tendance était inversée ? Qu’aurait-il advenu si M. Cissé n’avait pas reconnu sa défaite ? J’insiste sur ce point : il est important de procéder à une formation adéquate de tous les acteurs, avant, pendant et après le processus».

Quels conseils pourrait-on éventuellement donner aux organisateurs maliens dans la perspective des prochaines législatives ? Pour M. GBESSIA, «il est tout d’abord important que tous les citoyens soient régulièrement inscrits et en possession de leurs cartes d’électeurs. Quant à la CENI, elle doit davantage sécuriser et rendre plus accueillants ses locaux. Elle doit en outre s’appliquer à meilleure gestion des observateurs internationaux ».

Signalons que le Togo doit, à son tour organiser ses élections communales au mois d’octobre prochain. L’ONG « Chez Soi Togo » entend inviter des observateurs maliens pour les besoins de la cause.

 

B.S. Diarra

Source: Maliba Info

Vous allez aimer lire ces articles

Le PM Choguel K Maïga à batons rompus sur l’ORTM; Le temps de la passion ne doit-il céder la place à la raison ?

Pr. Salikou Sanogo lors de la présentation de vœux de l’URD à la presse; «Notre parti traverse des difficultés depuis le décès de notre Président…»

Le professeur Salikou Sanogo sur la crise au sein de l’URD : « Les textes nous donnent raison… »

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct